Getty Images

Angelina Jolie et Gwyneth Paltrow ont joint leur voix, mardi, au nombre grandissant de femmes qui accusent le producteur hollywoodien Harvey Weinstein d’harcèlement sexuel et de contacts physiques non sollicités. Au moins trois autres femmes l’accusent de viol.

Pendant des années, les agissements déplacés du producteur constituaient un des secrets les plus connus d’Hollywood, selon des informations obtenues par le New Yorker. Vingt ans de silence, brisé par l’enquête coup de poing du New York Times, jeudi dernier: «Harvey Weinstein a acheté le silence de ses victimes pendant des décennies».

L’article a engendré une avalanche d’accusations envers l’homme derrière Pulp Fiction et Shakespeare in Love. Treize femmes ont confié leurs histoires au journaliste Ronan Farrow, qui a partagé leurs témoignages dans le New Yorker.

Depuis, Jolie et Paltrow sont aussi sorties de leur silence.

Harvey Weinstein et sa femme Georgina Chapman

Gwyneth Paltrow avait 22 ans lorsqu’elle a obtenu un des rôles les plus importants de sa carrière: celui d’Emma, dans l’adaptation cinématographique du roman de Jane Austen. Ce rôle, elle le devait à Weinstein, qui l’a engagée alors qu’elle était moins connue. Un peu avant le début du tournage, a-t-elle relaté pour un nouvel article du New York Times, le producteur l’a invitée dans sa chambre d’hôtel pour un «rendez-vous d’affaires». Leur rencontre s’est terminée brusquement, lorsque l’homme a commencé à la toucher, en l’invitant à le rejoindre pour un massage. Elle est partie immédiatement. «J’étais une enfant, j’étais pétrifiée», a-t-elle témoigné au journal américain. Son conjoint de l’époque, Brad Pitt, a confirmé les propos de l’actrice.

Angelina Jolie s’est aussi tournée vers le New York Times pour parler d’une «mauvaise expérience» avec le producteur,  qui se serait déroulée pendant sa jeunesse, lors de la tournée de promotion du film Playing By Heart. L’homme lui aurait fait des «avances inappropriées» dans une chambre d’hôtel. «J’ai choisi de ne plus travailler avec lui depuis. Et je mets les gens en garde [contre lui]», a-t-elle déclaré.

Les actrices Asia Argento et Lucia Evan, ainsi qu’une femme sous le couvert de l’anonymat, affirment avoir été violées par le magnat d’Hollywood.


Asia Argento

Sur Twitter, nombre d’actrices, dont Rose McGowan, disent avoir vécu des expériences semblables. Certains événements datent même de la première compagnie de production de Weinstein, fondée en 1979 et achetée par Disney en 1993: Miramax.

Mardi soir, le magazine People a annoncé que la femme du producteur, Georgina Chapman, a décidé de quitter son mari. «Mon coeur se brise quand je pense à toutes ces femmes qui ont terriblement souffert à cause de ces actes impardonnables», a-t-elle déclaré, en ajoutant que ses enfants étaient sa priorité, pour le moment.

À la suite de la tempête médiatique qui s’est abattue sur lui jeudi dernier, Weinstein a reconnu que «dans le passé», ses actions envers «certains collègues» avaient pu causer «beaucoup de douleur».

Il y a quelques jours, par l’entremise de son avocate Lisa Bloom, le magnat d’Hollywood avait déclaré que plusieurs des accusations étaient «clairement fausses». L’avocate a démissionné depuis.

«Les accusations de relations sexuelles non consenties sont réfutées par M. Weinstein», a déclaré mardi sa nouvelle représentante, Sallie Hofmeister, dans un communiqué.

Hilary Clinton, une bonne amie du producteur, s’est dite mardi «choquée» et «horrifiée» par la horde de témoignages émis dans les derniers jours. «Leur courage et le soutien des autres sont indispensables pour arrêter ce genre de comportement», a-t-elle terminé.

Depuis les révélations de plusieurs médias américains, le producteur a été renvoyé de sa propre compagnie, la Weinstein Company.

 

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!