Métro Renaud Lachance et France Charbonneau

Avec tout le linge sale lessivé en heure de grande écoute chez la juge Charbonneau, il y a de quoi vouloir en rire, car un peu d’humour est nécessaire pour traverser une telle période de crise!

Le témoignage de «Monsieur TPS», qui a confirmé plusieurs allégations de Lino Zambito, nous a dépeint le fléau qui ronge notre démocratie: la corruption, ce mal qui est plus vieux que le monde et qui n’épargne aucun pays!

Ici, comme ailleurs, en général, un système de collusion est une entente secrète basée sur un triangle infernal. À sa tête, un entrepreneur vorace et sans scrupule qui cherche la couverture d’un politicien véreux et crapuleux avec l’appui d’un fonctionnaire rusé et corrompu!

Cette histoire me rappelle des blagues racontées sur mon autre planète. Pour soulager son état d’abattement total face à la corruption qui pourrissait l’administration, le peuple accouchait d’histoires hilarantes qui circulaient en catimini.

L’une de mes blagues préférées est la suivante: l’histoire se passe lors d’un concours d’accès au poste d’agent d’administration! Cette fonction est prisée, car elle permet à son titulaire d’être planté à la première ligne des guichets des administrations pour délivrer différents permis! Ces postes en demande sont synonymes d’enrichissement illicite et rapide. Du jour au lendemain, le fonctionnaire au salaire minable subit une transformation extrême pour devenir un petit nabab qui circule dans des bolides hors de prix, ses enfants fréquentent des écoles privées qui coûtent cher, il dépense avec frénésie et se permet une vie de rêve. D’ailleurs, un adage populaire décrit ce type de personnage comme suit: « de l’ânesse à l’avion ».

En tout cas, la blague explique que lors de l’épreuve orale de ce concours, on a demandé aux candidats de conjuguer le verbe «manger» au présent. Les quidams se sont exécutés. Ils ont déballé la réponse apprise par cœur depuis le primaire: « Je mange, tu manges, il mange, nous mangeons, vous mangez, ils mangent.» Ceux qui ont offert cette réponse, ont eu la surprise d’échouer. Intrigués, ils ont accosté celui qui a réussi haut la main l’épreuve: «Mais comment avez-vous réussi le test?» L’heureux élu, sûr de son flair, a lancé à la meute des recalés: «Tout simplement, je mange-tu manges, tu manges-je mange, il mange-nous mangeons, nous mangeons-vous mangez, vous mangez-nous mangeons, ils mangent-nous mangeons!»

Comme quoi, le candidat idéal est celui qui est conditionné à manger tout en partageant le butin! La clef du système mafieux est simple; détecter ceux qui sont en position d’autorité pour couvrir et servir le corrupteur. Se servir et servir!

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!