Maudits BS! Ça abuse du système! Comme des parasites! On devrait mettre les BS dans une région clôturée puis qu’ils s’arrangent entre eux! Êtes-vous choqués? J’espère. Sinon, si en lisant ces lignes vous aviez un sentiment de complicité, arrêtez de lire. On ne s’entendra pas. Ou non. Lisez! D’un coup que vous changiez un peu d’idée. J’suis naïf, je sais. 

J’ai entendu ces succulentes affirmations la semaine passée. Je ne donnerai pas les sources, parce que je pense que la personne voulait juste provoquer et avoir de l’attention. Donc, je ne lui en donnerai pas. Je vais prendre pour acquis que ça existe comme «pensée». Et donc, la taquiner un peu. Vous me connaissez, j’aime taquiner les idées pas très lumineuses.

J’ai un certain malaise quand y a un blitz sur les BS. Même si c’est sur ceux qui abusent du système. Pas par pitié ou sympathie. Plus par gestion de la haine. C’est eux, les méchants? Si le reproche, c’est de siphonner l’énergie et le cash des honnêtes gens, je pense qu’on devrait appeler d’autres personnes à la barre des accusés avant les «maudits BS».

Personnellement, ma haine, ma rage, je la ménage. J’essaie de la rentabiliser et de la focusser sur ceux qui la méritent. Je surveille ma jauge à rage comme je surveille ma jauge à essence. Si je me mets à détester, haïr, mépriser les BS, je vais faire quoi pour ceux qui profitent 1 000 fois plus du système? Causent 1 000 fois plus de dommage? Je vais imploser! Puis là, un honnête travailleur va être obligé de ramasser mes p’tits morceaux partout! C’est pas cool.

J’avais un ami qui travaillait pour un bureau des loisirs d’un quartier de Montréal. Il m’avait dit qu’ils avaient payé 30 000 $ pour des feuilles de palmier pour décorer la piscine intérieure publique. Pas parce que le besoin était là. Parce que l’année du budget achevait, puis fallait vider le coffre. Sinon, l’année suivante, ils allaient avoir moins d’argent et devoir travailler leurs méninges à gérer serré. Le gaspillage dans le domaine public dû à la paresse, la lâcheté, la mauvaise habitude du «Anyway, y a du cash, pis c’est pas le nôtre» est même pas comparable à l’argent dépensé pour les BS aptes au travail.

Siphonner l’énergie et l’argent des honnêtes gens…Tous ces propriétaires multi- milliardaires égo-maniaques de mon profit pissent plus loin que le tien. Est-ce qu’on peut vraiment blâmer les profiteurs passifs en bas de la pyramide tant que les profiteurs agressifs plus haut font des ravages? Pas qu’il faut accepter, et pas mieux encadrer le service de bien-être social. Mais, c’est pas la bonne cible.

En gros, s’acharner sur les BS aptes au travail, c’est perdre son temps sur des p’tits parasites qui mangent les miettes de pain. Miettes que les plus gros parasites ont laissées après avoir dévoré la boulangerie au complet.

– Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Avec prétention :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!