Pour une deuxième année consécutive, Greenpeace a fait un classement des entreprises qui vendent du thon en conserve. Ce qui ressort de cette enquête, c’est que 13 des 14 entreprises présentent sur le marché canadien avait amélioré leur engagement en matière de durabilité.

C’est la compagnie Raincost Trading qui arrive en tête avec une note de 92%. Selon Greenpeace, sa «proximité avec ses fournisseurs et ses critères d’approvisionnement rigoureux démontrent sa volonté d’être une entreprise responsable».

GoldSeal et Ocean’s, deux marques bien présentes dans les supermarchés québécois, se classent en peloton de tête grâce aux efforts faits dans son approvisionnement en thon pour la première et à l’introduction d’une gamme de produits plus durables pour la deuxième.

Les marques maison d’IGA et de Loblaw obtiennent aussi des scores correctes, bien qu’ils restent beaucoup de changements à opérer pour que ces deux chaînes, comme les autres compagnies d’ailleurs, deviennent irréprochables.

C’est Unico et Pastene, les des deux seules entreprises à ne pas disposer d’une politique d’approvisionnement durable, qui ferme la marche avec des faibles notes de 21% et de 4%. Vous savez donc par où commencer votre boycottage!

Pour voir le classement détaillé et complet, c’est ICI.

Quoi rechercher lorsqu’on achète du thon en boîte?
1. Éviter le thon à nageoires jaunes, une espèce qui figure sur la Liste rouge de Greenpeace. Le thon obèse est dans la catégorie «vulnérable» de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature, alors que le thon germon est classé « quasi menacé».

2. Privilégier le thon pêché à la traîne, à la canne ou à la senne coulissante sans l’utlisation de dispositifs de concentration de poissons (DCP), dispositifs qui font beaucoup de prises accessoires (tortues de mer, requins, oiseaux marins, etc.).

3. Bien sûr, le thon durable est un peu plus dispendieux, mais une boîte à 5$ demeure quand même moins chère qu’un steak ou qu’un filet de poisson.

Aussi dans Bouffe et compagnie :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!