Le député Maxime Bernier semble vouloir se lancer dans la course à la succession de Stephen Harper. Imaginer ce Beauceron à la tête du Parti conservateur peut faire sourire. Après l’affaire Julie Couillard, le scandale des Jos Louis et sa superbe publicité en forme de chanson lors de la dernière campagne, plusieurs prendront sa candidature à la légère.

Mais il ne faudrait pas se laisser divertir par ces faits d’armes remarquables. Maxime Bernier a une philosophie.

En entrevue la semaine dernière sur les ondes de Radio X, il a été invité à commenter le petit jeu-questionnaire du magazine L’actualité qui avait mis Mélanie Joly dans l’embarras alors qu’elle avait dit préférer Radio-Canada à TVA.

Malheureusement, le député Bernier n’a pas participé au jeu-questionnaire de L’actualité. On aurait bien aimé savoir s’il préférait la vanille ou le chocolat.

À la question de l’animateur Dominic Maurais à savoir si M. Bernier préférait Radio-Canada ou Radio X, le député a répondu ceci:

« Premièrement, moi j’aime bien Radio X et puis j’écoute très peu la télévision, alors je vais choisir Radio X. Ça va beaucoup plus avec ma philosophie politique aussi. »

Théoriquement, la « philosophie politique » de Radio-Canada est de ne pas avoir de philosophie politique, mais passons.

Maxime Bernier semble effectivement adhérer à la philosophie de certains animateurs de la radio de Québec qui consiste à vouloir moins de gouvernement (et plus de filles en maillot de bain).

Dans le cadre de la journée de la motivation, lundi dernier, M. Bernier a d’ailleurs confié sur Twitter être motivé par le combat des payeurs de taxes:

//platform.twitter.com/widgets.js

Et ce « contribuable » paie trop d’impôts pour que l’État essaie de régler les problèmes de la société, comme il l’expliquait en 2015.

« C’est pas le rôle de l’État d’avoir un hamac pour régler tous les problèmes de la société. »

On suppose qu’il faut comprendre que le filet social, c’est d’abord un hamac dans lequel se prélassent certains citoyens.

Le rôle de l’État n’est pas non plus de s’immiscer dans la douche des camionneurs.

En 2014, il répondait à ceux qui se demandaient pourquoi le gouvernement fédéral refusait d’obliger les camionneurs à laver, désinfecter et sécher leur camion-remorque, comme le demandent les vétérinaires, pour contrer la diarrhée épidémique porcine?

Réponse:

« Parce que nous sommes dans un pays libre. Il y a des droits à respecter, la liberté individuelle. On ne peut pas obliger un individu à prendre une douche, à changer de vêtements. »

Mourir pour des idées, d’accord… mais surtout si ce sont des porcs qui meurent.

Enfin, le gouvernement ne devrait pas faire de déficits selon M. Bernier. Il l’expliquait à LCN en 2015:

« Les dépenses du gouvernement ne créent pas de richesses. Si c’était le cas, des pays comme le Zimbabwe ou d’autres pays qui créent des déficits seraient très riches. »

Il y a peut-être d’autres facteurs dont il faudrait tenir compte dans le cas du Zimbabwe. Par exemple, le fait qu’il s’agisse d’un pays du tiers monde rongé par la corruption.

On verra bien si les « contribuables » vont adhérer aux idées de Maxime Bernier. Les Canadiens sont-ils prêts à se lever de leur hamac pour pourfendre les déficits? Peu importe la réponse, sa participation à la course à la chefferie du Parti conservateur est un cadeau du ciel pour les mélomanes qui attendent sa prochaine publicité avec impatience.

Aussi dans Le club des mal cités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!