Toujours premiers pour ridiculiser les politiciens véreux et autres phénomènes de foire, nous aimons aussi démontrer que l’actualité regorge de gens remarquables. Mensuellement, nous mettons en exergue les exploits d’une personnalité ou d’un groupe qui mérite le titre de Merveille masquée.

Ce mois-ci, une femme ressort du lot, une femme qui a su démontrer plus que jamais son courage face à l’adversité, sa détermination et son incontestable place de leader dans le cœur des Québécois: Pauline Marois.

Il n’y a pas si longtemps, ses opposants la donnaient perdante, voire bientôt démissionnaire. Le chef de la CAQ (François Legault, pour ceux qui s’en rappellent; celui qui a une raie sur le côté) a même osé dire qu’il ne répondrait plus aux questions des journalistes au sujet de Mme Marois, qu’elle n’était plus une donnée dans l’équation! Insérez vous-même votre commentaire hilarant. (On vous suggère une joke de François Rebello, c’est toujours drôle!)

Dompter la grogne dans un parti, c’est fort, bien sûr. Quand il s’agit d’une mésentente régnant au sein du Parti québécois, il faut carrément être un leader exceptionnel pour y parvenir. Quelqu’un qui sait mener la barque à travers la tempête, quelqu’un qui inspire confiance, quelqu’un qui est de la trempe de ceux qui rallient les peuples.

Connaissant en profondeur les rouages de l’appareil gouvernemental, elle est sans contredit la politicienne à avoir été à la tête du plus grand nombre de ministères: Finances, Éducation, Santé, Condition féminine et plus encore. Ça, c’est ce que tout le monde sait déjà.

Avant de prendre part à la marche du 22 mars, nous attendions sur la rue quand une clameur s’est fait entendre au sein de la foule composée de jeunes et de passants. Cette foule applaudissait à tout rompre et scandait: «Pauline, Pauline, Pauline!» Wow.

Pour avoir assisté à un grand moment de la campagne référendaire en 1995, alors que ceux que l’on surnommait les trois ténors de la souveraineté prononçaient un discours au chalet du Mont-Royal, nous croyions avoir assisté à un moment politique surréel. Et il l’était.

Par contre, l’intensité, la fébrilité et l’effervescence qui parcouraient la foule pendant la manifestation historique de la semaine dernière n’avaient pas vraiment leurs pareilles.

Des étudiants, des travailleurs, des artistes – tous des citoyens las de la corruption et de la mauvaise foi du gouvernement – marchaient fièrement pour faire savoir que, plus que jamais, les Québécois en ont assez de l’inacceptable.

Arrivant avec ce renouveau, marchant aux côtés des jeunes comme une simple militante, il y a avait Mme Marois, radieuse. Bravo, Pauline, vous êtes notre Merveille masquée du mois. 200 000 fois, merci.

justiciers.com

Facebook: JusticiersMasques

Twitter: @justiciers  
 

– Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Les Justiciers masqués :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!