Une rumeur ou une fausse nouvelle ne s’y trouve pas? Écrivez-moi à camille.lopez@journalmetro.com ou sur ma page Facebook. N’oubliez pas de consulter la deuxième partie de cet article:

Voici les fausses nouvelles qui circulent sur l’ouragan Irma [PARTIE 2]


Nouvelle catastrophe naturelle, nouvelles fausses informations. Nouvelles publications virales erronées. Nouvelles fausses nouvelles.

Voici les fausses nouvelles qui circulent sur l’ouragan Irma. Cet article sera mis à jour au fil des prochains jours.

Irma menace la côte Est des États-Unis

Selon L’Express, Irma pourrait «dévaster la côte Est en entier», puisque «des experts» ont affirmé que la tempête ressemblait à Donna, un ouragan de 1960 qui a fait plus de 400 morts sur la côte atlantique. La carte du trajet de l’ouragan qu’ils présentent (et qui circule sur les réseaux sociaux) n’illustre pas le chemin d’Irma, mais bien celui de Donna, nous apprend Buzzfeed News.

CNN met régulièrement à jour sa carte du vrai trajet d’Irma.

Vidéo des vents violents aux Barbades

Cette vidéo a été reprise plusieurs fois sur les réseaux sociaux (surtout Twitter) et a attiré des centaines de milliers de vues. Il ne s’agit pas d’une vidéo d’Irma, mais bien d’une vidéo qui date de 2016.

Faux «Facebook Live»

Merci à l’Inspecteur viral pour cette trouvaille. Mercredi, des centaines de milliers d’internautes pensaient regarder une vidéo en direct de l’ouragan Irma. Il s’agit en fait d’une diffusion de cette vidéo, tournée au Colorado et publiée sur Youtube en mai 2016.

Pour toutes les informations sur cette fausse nouvelle, consultez l’article de Jeff Yates!

Irma s’apprête à passer à la catégorie 6

C’est simple: la force des ouragans se calcule d’après l’échelle Saffir-Simpson, qui va de 1 à 5. Pas de 6.

Toutefois, comme le note l’Agence Science-Presse, plusieurs experts s’entendent pour dire que, vu la force avec laquelle les récents ouragans sévissent, il pourrait être pertinent de créer une sixième catégorie.

Vidéo d’un édifice qui s’écroule dans une rivière à Saint-Martin

Cette vidéo, partagée par le Daily Mail, est présentement partout sur les réseaux sociaux. On y voit un édifice de cinq étages tomber sur le côté, sous les exclamations des gens qui filment la scène.

Il s’agit toutefois d’une vidéo captée au Tibet, publiée en juillet 2017. Cet article de Mashable explique le contexte: des pluies diluviennes se sont abattues sur le bâtiment pendant des jours, emportant les fondations, avant qu’il ne s’affaisse dans la rivière Ziqu.

Une douzaine de centrales nucléaires dans le chemin d’Irma en Floride

Une publication Facebook semble montrer la carte des centrales nucléaires en opération en Floride. On peut y lire ce texte, assez alarmant: «Les centrales nucléaires sur le chemin d’Irma. Espérons d’éviter un autre niveau de catastrophe à celle qui est déjà en cours». Il s’agit d’une publication reprise de réseaux sociaux anglophones, où cette carte circule abondamment.

Comme me l’a mentionné une lectrice, la Floride ne compte que deux centrales nucléaires en exploitation sur la trajectoire d’Irma: Turkey Point et St-Lucie. Selon cet article de CNN, elles ont toutes deux été fermées pour le passage de l’ouragan.

Le gouvernement ment sur le nombre de morts

Plusieurs vidéos alarmantes ont été partagées des milliers de fois sur Facebook: on y voit, entre autres, des proches d’habitants de Saint-Martin décrier le fait que «1000 personnes sont mortes», que les cadavres refont surface avec la marée, et que le gouvernement tait cette information.

Ces vidéos ont presque toutes été tournées par des gens qui «ont entendu dire que», soit des personnes qui n’habitent pas ou ne se trouvent pas sur l’île. Comme rapporte Désintox, les autorités admettent que le bilan pourrait changer [12 septembre 2017: le bilan s’élève à 9 morts sur l’île, possiblement 11], mais le procureur de Guadeloupe Samuel Finielz «infirme en revanche complètement les affirmations qui font état de centaines de morts, il n’y a pas eu de centaines de morts».

Ni des centaines, ni des milliers, donc.

Soyez vigilants!


Suivez le Métroscope sur Twitter et Facebook

Aussi dans Métroscope :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!