Crédit photo: Bruno Petrozza Laurie B.

À l’heure où les vlogs mode se multiplient à la vitesse de l’éclair, il est parfois difficile d’en trouver un qui soit original et qui détonne du lot. C’est là qu’on découvre Laurie B., de «Glitter and Black».

Ce sont les blogueuses de «2 Filles Ordinaires» qui nous ont suggéré de s’attarder à la chaîne YouTube de Laurie B., et avec raison.

Elle y parle de sujets beauté, mais pas rien que ça. Elle offre ses conseils en matière de cheveux, oui, mais aussi de sorties, de magasinage et d’anecdotes en tous genres.

Laurie veut parler des choses dont personne ne parle, et ce, avec autant de sérieux que d’humour. Une combinaison parfaite pour créer des vidéos virales, n’est-ce pas?

Depuis quand est-ce que le projet «Glitter and Black» existe-t-il?
Ça fait quatre ans que je fais ça, j’ai fêté ça en janvier.

Quelle est la mission de «Glitter and Black»?
Je veux que ce soit différent, je ne veux pas être comme les autres. Quand j’étais jeune, j’aurais voulu voir quelqu’un comme moi, qui parle de ce genre de sujets-là. D’ailleurs, la plupart des youtubeuses beauté ont un public cible jeune, alors que le mien est plus vieux, environ 18-35 ans. Je veux rejoindre ces gens-là.

Justement, en quoi «Glitter and Black» se différencie des autres chaînes beauté sur YouTube?
J’essaie d’aborder des sujets pas abordés, comme pourquoi je ne porte pas de brassière au quotidien. Je ne vais pas faire semblant d’être une autre et les gens aiment ça. Il y a des gens qui trouvent que j’ai l’air bête, mais ce n’est pas ça! Je suis moi-même.

Vis-tu de la vidéo?
Je suis coiffeuse dans la vie de tous les jours, mais j’essaie de diminuer mes heures pour faire plus de vidéo. C’est le temps de pousser la vidéo. Je fais environ deux vidéos par semaine.

Comment as-tu décidé de te lancer dans la vidéo?
Ça faisait quelque temps que je regardais des vidéos et je me suis dit que moi aussi je pouvais faire ça. Je suis déménagée à Montréal pour connaître du nouveau monde. J’ai beaucoup appris par moi-même.

Puisque ça fait quatre ans que tu fais ça, tu dois pouvoir faire un bilan de ce qui a changé entre ta première vidéo et ta plus récente?
Oui! Il y encore beaucoup de monde qui regardent mes vieilles vidéos, mais elles ont beaucoup changé depuis. La qualité de l’image est bien meilleure maintenant. Le montage, aussi!

Es-tu beaucoup sur les réseaux sociaux?
Je suis un peu sur Facebook, mais ça m’a pris du temps. Par contre, je suis beaucoup sur Instagram. C’est important pour moi d’être active pour rejoindre les gens. Mais sur mes plateformes, je mets ce que je veux, ce qui me tente. Je mets autant des photos de ce que je fais en coiffure que de mes vidéos.

Comment définirais-tu la popularité de YouTube?
J’ai 26 ans et je n’ai pas le câble. J’ai juste l’internet. Je pense que ça résume bien. Si tu veux rejoindre les jeunes maintenant, c’est sur YouTube que tu vas les trouver. D’ailleurs, les compagnies ont des gros budgets pour les collaborations YouTube.

De quoi es-tu la plus fière de ta carrière sur le web, jusqu’à présent?
Quand j’ai fini mon cours de coiffure il y a un an, je me suis bâti une clientèle très rapidement grâce à YouTube et aux réseaux sociaux. Habituellement, c’est long. J’étais sur Instagram, je mettais des mots-clic sur mes coiffures, et j’ai eu beaucoup d’opportunités grâce à ça.

Quels sont tes projets?
À long terme, la coiffure ça m’intéresse beaucoup, mais je ne sais pas combien de temps je vais être en salon. Je ne prépare pas beaucoup les choses à l’avance, on dirait que ça ne m’intéresse plus sinon. Si j’ai envie de faire quelque chose, je le fais dans le moment! En 2016, je vais travailler avec une agence. On essaie de «brainstormer», on veut que ça reste différent. Je vais aussi beaucoup travailler sur mon «branding» personnel. J’aimerais vraiment faire des trucs en mode, mais on dirait que je ne sais pas comment l’aborder. J’aime aussi beaucoup les trucs sarcastiques. J’aimerais trouver mon angle là-dedans, et trouver des sujets dont personne n’a parlé.

Si tu avais d’autre blogueurs québécois à nous recommander, qui est-ce que ce serait?
Deuxième peau, deux filles de Montréal. La qualité est trop belle. J’aime aussi beaucoup Ève Martel, elle fait des vlogs.

Aussi dans Relève du web :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!