La course à l’investiture républicaine semble vraiment loin d’être bouclée après cette nouvelle victoire de Rick Santorum en Alabama et au Mississippi hier soir. Mitt Romney, qui a terminé troisième derrière Newt Gingrich, peut néanmoins se consoler de deux petites victoires à Hawaï et dans les Samoa américaines.

Romney a recueilli les votes des électeurs mieux éduqués et mieux nantis du sud. C’était aussi le groupe qu’il convoitait le plus. Et même là, Romney n’a pas aussi bien réussi qu’il l’aurait souhaité, vu la quantité d’argent investi. L’ironie n’a pas échappé à Santorum qui a affirmé hier que «pour quelqu’un qui se présentait comme le vainqueur inévitable de la course, Romney dépensait beaucoup d’argent pour convaincre de cette réalité». Gingrich en a aussi profité pour faire remarquer que «un chef de file qui finissait si souvent deuxième ou troisième n’était pas un bien bon chef de file».

Avec des résultats oscillant autour du 30% dans les deux États, Romney, qui n’a pas prononcé de discours hier soir a affirmé qu’il poursuivrait sa stratégie d’accumuler des délégués d’État en État. Du côté de sa campagne, on admet maintenant qu’il ne parviendra probablement pas à atteindre le chiffre magique des 1144 qu’il lui faut pour remporter la nomination d’ici deux mois, laissant entrevoir une bataille encore plus prolongée.

Pour Santorum, les deux victoires d’hier soir sont une preuve de plus que la course est maintenant en train de devenir un lutte à deux et les pressions augmentent pour que Gingrich, qui fait figure de troisième roue, se retire de la course.

Gingrich, le seul candidat du Sud restant avait l’avantage du terrain hier soir mais même s’il a talonné son rival toute la soirée, en bout de ligne cet avantage ne lui a pas permis de dépasser Santorum. Malgré ce résultat décevant, il a affirmé avoir accumulé assez de délégués pour lui permettre de mener le combat jusqu’à la convention.

Aussi dans Un oeil sur le monde:

blog comments powered by Disqus