MONTRÉAL — Le Canada s’est illustré aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, récoltant un total de 22 médailles, dont quatre d’or, soit trois de plus que quatre ans plus tôt à Londres. Il a ainsi égalé sa meilleure récolte depuis celle des Jeux d’Atlanta en 1996 pour des Jeux n’ayant pas fait l’objet de boycottage par certains pays. Ces jeux ont également permis d’assister à l’éclosion de nouvelles vedettes dans deux disciplines phares, la natation et l’athlétisme, où le Canada a récolté un total de 12 médailles. Voici les cinq moments marquants des Jeux de la XXXIe Olympiade:

Une étoile est née

Penny Oleksiak a sans contredit constitué la plus grande surprise dans le camp canadien des Jeux de Rio. Contre toute attente, la nageuse âgée de seulement 16 ans a récolté quatre médailles, faisant d’elle l’athlète canadienne la plus décorée de l’histoire lors de mêmes Jeux d’été. Après avoir remporté deux médailles de bronze aux relais — 4 x 100m libre et 4 x 200m libre — avec ses coéquipières, Oleksiak a décroché l’argent au 100 m papillon et l’or au 100 m libre.

La sœur du défenseur des Stars de Dallas Jamie Oleksiak en a d’ailleurs profité pour établir un nouveau record olympique dans cette épreuve, ex aequo avec l’Américaine Simone Manuel. La jeune femme a couronné sa quinzaine olympique de rêve en marchant avec l’unifolié à la tête de la délégation canadienne lors de la cérémonie de clôture des jeux.

Le dauphin de Bolt

Andre De Grasse a été le deuxième athlète canadien à connaître le plus de succès à Rio avec une récolte de trois médailles, dont une d’argent. L’image qui restera gravée dans la mémoire collective à ces jeux sera celle de l’Ontarien, âgé de 22 ans, affamé, qui a menacé l’hégémonie d’Usain Bolt et s’est établi comme étant le véritable «dauphin» du légendaire sprinter jamaïcain. Après avoir établi un nouveau record personnel au 100 m en 9,91 secondes lui permettant d’obtenir la médaille de bronze — son premier disque olympique —, De Grasse a réalisé un nouveau record canadien au 200 m (20,02 s), en route vers la deuxième marche du podium. Enfin, au relais 4 x 100 m, De Grasse et ses coéquipiers ont profité de la disqualification des Américains pour terminer troisièmes et établir au passage un nouveau record canadien (37,64 s). La dernière fois que le Canada avait remporté une médaille dans cette épreuve, c’était aux Jeux d’Atlanta en 1996, lorsque Robert Esmie, Glenroy Gilbert, Bruny Surin et Donovan Bailey avaient été sacrés champions olympiques.

Surpasser les attentes

La logique a été respectée au saut en hauteur pour Derek Drouin, qui est devenu champion olympique après avoir franchi la hauteur de 2,38 m. Il avait d’ailleurs réalisé un concours parfait jusqu’à sa seule tentative de record olympique à 2,40 m. La médaille de Drouin était attendue par tous les observateurs, d’autant plus qu’il avait été sacré champion du monde dans sa discipline aux Championnats du monde d’athlétisme l’année précédente en Chine.

Drouin a repoussé les limites, après avoir remporté la seule médaille canadienne en athlétisme aux Jeux de Londres en franchissant une barre de 2,29 m. Il est également le premier médaillé olympique canadien en athlétisme à avoir gagné une deuxième médaille olympique consécutive dans une épreuve individuelle depuis celles décrochées par Phil Edwards au 800 m lors des Jeux de Los Angeles en 1932 et de Berlin en 1936. De plus, la dernière médaille d’or canadienne, au concours olympique du saut en hauteur, avait été remportée par Duncan McNaughton en 1932.

Rebondir après deux blessures

Rosie MacLennan est devenue la première Canadienne à défendre avec succès son titre individuel de championne olympique à des Jeux d’été. La Torontoise âgée de 28 ans a enlevé l’or au trampoline à Rio, après avoir obtenu la seule médaille d’or du pays aux Jeux de Londres en 2012. Il s’agissait d’un retour en force pour MacLennan, qui a agi comme porte-drapeau de la délégation canadienne lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Rio. Elle est revenue de loin après être demeurée quelques mois à l’écart du sport l’année dernière en raison de deux graves blessures à la tête. Puisqu’elle n’a recommencé le trampoline qu’à l’automne 2015, sa préparation et ses routines pour les Jeux de Rio en ont souffert. La jeune femme avait d’ailleurs terminé quatrième aux Championnats du monde en 2015, une compétition qu’elle avait remportée en 2013. Ce n’est que lors de sa victoire à la Coupe Canada en mars dernier que MacLennan a retrouvé ses repères, mettant la table pour son triomphe olympique.

Séparation des «sœurs siamoises»

L’un des duos les plus prolifiques de l’histoire du plongeon canadien a fait son chant du cygne aux Jeux de Rio de Janeiro. Roseline Filion et Meaghan Benfeito ont mis un terme à leur partenariat des 11 dernières années après avoir récolté trois médailles olympiques, dont le bronze à la tour synchro au Brésil. Filion, qui est âgée de 29 ans, n’a toutefois pas obtenu le résultat escompté à la tour individuelle, sa dernière compétition internationale, où elle s’est contentée du sixième échelon.

L’amertume a rapidement fait place aux festivités lorsque Benfeito, que Filion considère comme sa «sœur», a accompli un exploit qui n’avait pas été réalisé par une Canadienne depuis 16 ans dans cette même épreuve aux Jeux olympiques. La Montréalaise âgée de 27 ans a décroché la médaille de bronze dans une épreuve individuelle à la tour, devenant ainsi la première plongeuse du Canada à obtenir deux médailles lors de mêmes Jeux depuis Anne Montminy à Sydney, en 2000. Benfeito a d’ores et déjà annoncé son intention de participer aux Jeux de Tokyo en 2020, mais ignore toujours si elle plongera en synchro avec une nouvelle partenaire.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus