Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — À l’aube du début de la ronde éliminatoire du Championnat mondial junior, force est de constater que la Suède s’impose comme l’une des équipes favorites pour l’obtention des grands honneurs.

Certes, le groupe A n’affichait pas les mêmes puissances que le groupe B. Surtout que la Finlande, qui s’avérait sur papier la principale menace des Suédois, a connu toutes sortes de difficultés et a fini par être forcée de participer à la ronde de relégation.

Il sera évidemment intéressant de voir comment la Suède réagira lorsqu’elle fera face à de l’adversité, ce qui pourrait survenir en demi-finale contre le Canada — si la logique est respectée. Avant ce possible affrontement, la Suède devra battre la Slovaquie en quarts de finale et le Canada devra faire de même contre la République tchèque.

Il est toutefois évident qu’avec 16 joueurs appartenant à des équipes de la Ligue nationale, la Suède aspire à mieux que la quatrième place qu’elle avait décrochée, l’an dernier.

«C’est certain que nous sommes prêts pour les grosses équipes, a indiqué le défenseur Oliver Kylington. Nous devons nous préparer mentalement. Physiquement, tout le monde est prêt. Contre les puissantes nations, il faudra mettre en pratique notre style et jouer intelligemment.»

Mais en maintenant une fiche immaculée de 4-0-0-0 en ronde préliminaire pour une 10e année consécutive, la troupe de Tomas Monten a montré très peu de faiblesses et a prouvé qu’elle pourrait causer bien des maux de tête à la formation canadienne.

Il reste toutefois du travail à accomplir pour atteindre la grande finale.

«Nous devons nous améliorer dans les petits détails, a déclaré le capitaine de l’équipe, Joel Eriksson Ek. Nous devons être meilleurs dans les batailles à un contre un parce que nous savons que nous aurons de meilleures équipes à affronter.»

Avec une défensive menée de main de maître par deux choix de premier tour au repêchage de 2015 — Gabriel Carlsson et Jacob Larsson — et par le gardien Felix Sandstrom, un espoir des Flyers de Philadelphie qui montre un taux d’efficacité de ,939, il s’avère très difficile de trouver le fond du filet contre les Suédois. Surtout que les cinq joueurs agissent comme un véritable bloc dans l’enclave, ce qui laisse l’adversaire en périphérie plus souvent qu’autrement.

Les joueurs sont cependant conscients qu’ils devront accorder moins de tirs au but contre les équipes les plus menaçantes du tournoi. Samedi, dans un gain de 5-2 contre la République tchèque, ils ont donné 38 tirs à l’adversaire et ils avaient aussi été dominés 29-20 à ce chapitre dans une victoire de 3-1 contre la Finlande.

«Nous devons resserrer le jeu en défensive, nous ne pouvons pas accorder autant de tirs, a reconnu Kylington. Nous devons en bloquer et ne pas donner trop de chances parce qu’ils peuvent évidemment en profiter.»

Si les choses devaient mal tourner défensivement, les Suédois ont aussi les outils pour répliquer. L’espoir des Sabres de Buffalo Alexander Nylander a dominé le tour préliminaire avec une récolte de neuf points — quatre buts et cinq mentions d’aide. Eriksson Ek, qui a disputé neuf matchs avec le Wild du Minnesota en début de saison, peut lui aussi contribuer sans trop de problèmes. Tous des signes encourageants pour le pilote de l’équipe.

«Nous nous sommes améliorés à chaque match. J’espère que nous avons gardé le meilleur pour les trois dernières rencontres», a lancé Monten, l’air confiant.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!