Isabelle Bergeron/Tc Media Table ronde sur les transports en commun dans l'ouest-de-l'île de Montréal.

Malgré l’arrivée prochaine du Réseau électrique métropolitain (REM) en 2020, les étudiants du Cégep Gérald-Godin déplorent qu’aucune solution ne soit encore sur la table pour faciliter les déplacements entre les différentes stations de train et la maison ou l’école dans l’Ouest-de-l’Île.

Les témoignages allant dans cette direction étaient nombreux lundi au sortir de la table ronde portant sur le transport collectif dans l’Ouest-de-l’île de Montréal dans le cadre des Rencontres Gérald-Godin.

Participant à la table ronde par vidéoconférence, le propriétaire de la compagnie Téo Taxi, Alexandre Taillefer, a mis la table en abordant le sujet des micros transports soit les déplacements nécessaires pour se rendre à la station de train ou ceux pour se rendre de la station de train à la destination finale d’un usager.

Selon lui, «le REM est un projet formidable, mais il faut que le transport collectif soit plus rapide et agréable que la voiture, sinon personne ne l’utilisera».

Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et député de Nelligan; Philippe Cousineau Morin, coordinateur pour Transport 2000 et Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki participaient aussi à l’événement.

Retards

Une centaine d’étudiants participaient à l’événement dont Madeleine Warmbold, étudiante en sciences humaines. Cette dernière voyage tous les jours en autobus et fait le constat qu’«il y a un gros manque d’efficacité. Le 201 et le 401 sont pratiquement toujours en retard et les passages sont aux 40 minutes». Comme elle ne possède pas de voiture, elle doit se soumettre aux horaires de la Société de Transport de Montréal (STM).

Pascal Gagné, professeur de psychologie et animateur de la table ronde, confirme que l’existence de la situation. «Quand il manque la moitié de ta classe parce que l’autobus 201 est en retard, c’est qu’il y a un problème.» Selon lui, c’est le cas très régulièrement.

Des propos qui sont venus rejoindre ceux de cégépiens qui se déplacent majoritairement en voiture. « Mes parents sont divorcés alors je voyage entre l’Île-Perrot et Kirkland avec des bagages, confie Didier Arsenault qui étudie dans l’arrondissement Saint-Geneviève, je vois mal comment je pourrais me déplacer en transport en commun.

Bien qu’il nous ait été impossible de parler à un représentant de la STM concernant les problématiques spécifiques au territoire de Gérald-Godin, les retards font partie du quotidien des usagers du transport en commun. Selon les données les plus récentes de la société de transport, un peu moins d’un autobus sur cinq affichait un retard en 2016.

Le territoire de l’île Bizard–Sainte-Geneviève est seulement desservi par 3 lignes locales et 2 lignes express.

Le reste de l’événement a surtout été consacré à deux sujets. Le ministre Martin Coiteux a présenté l’historique du projet de REM, tandis que Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki, a pour sa part souligné l’importance d’étendre le réseau de transport collectif dans le but de diminuer la circulation.

Le REM est un nouveau réseau de transport intégré qui reliera le centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l’Île, la Rive-Nord et l’aéroport Pierre-Éliott Trudeau en 2020. Le tracé sera ajouté au système de transport public existant.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!