Yves Provencher/Métro La frise à l’extérieur du bâtiment est l’œuvre de Leopold Weisz, un passager de seconde classe du Titanic.

Anecdotes, traces discrètes laissées par les passagers du bateau le plus célèbre… Le 100e anniversaire du naufrage du Titanic, survenu en avril 1912, est une occasion de les découvrir.

En rupture avec le fleuve
Le centenaire du naufrage du Titanic est «un beau prétexte», pour le pilote maritime et fondateur d’Héritage maritime Canada Simon Lebrun de parler du Saint-Laurent, qui est selon lui mal aimé des Montréalais. Lui-même citoyen de la métropole spécialisé dans la navigation sur le Saint-Laurent, il revendique une quinzaine d’années d’expérience sur les mers du monde et déplore «l’éloignement des Montréalais face au fleuve».

Les habitants de la métropole sont des insulaires qui ont coupé leurs liens avec l’eau qui les entoure, constate-t-il. Pourtant, «le fleuve est au centre de notre vie», et malgré cela, «il n’y a pas de musée maritime à Montréal». C’est ce vide qui l’a incité à fonder Héritage maritime Canada. Au-delà du patrimoine historique de la navigation, le pilote veut sensibiliser le public à l’importance de la voie maritime, sur le plan écologique. «Il y a la propreté des eaux, mais aussi le transport durable : c’est tellement moins polluant de ravitailler des commerces par bateau, sur courtes distances, que par camion.»

Naufrages: «Il y en a tous les jours»
Si le Costa Concordia a attiré l’attention médiatique récem­ment, de nombreux autres drames se jouent loin des projecteurs, tous les jours, souligne le pilote maritime Simon Lebrun.

De nombreux sites internet s’emploient d’ailleurs à répertorier et à cartographier les naufrages partout dans le monde. Mais ce grand volume de tragédies n’est pas surprenant, étant donné le nombre impressionnant de navires qui croisent de nos jours, tempère le fondateur d’Héritage maritime Canada, Simon Lebrun. «Proportionnellement, il y en a moins qu’avant.»

Il y aurait cependant moyen d’améliorer encore le bilan. «La plupart des naufrages et tragédies en mer sont causés par des erreurs humaines, affirme M. Lebrun. Il est très rare que la technologie soit à l’origine d’une défaillance.»

  • L’Édifice Allan
    Le bâtiment a abrité le siège social de la H. & A. Allan Company, fondée en 1863. Le Virginian, un bateau à vapeur de cette société, a capté le premier signal de détresse du Titanic. Il a relayé le message au bureau de la rue de la Commune afin d’obtenir la permission de dévier de son itinéraire pour porter secours au navire en perdition. L’information a été immédiatement communiquée à un journaliste de The Gazette, qui est devenu le premier journal au monde à être au courant du drame.
  • Le Musée des beaux-arts de Montréal
    La frise à l’extérieur du bâtiment est l’œuvre de Leopold Weisz, un passager de seconde classe du Titanic. Ce sculpteur juif hongrois compte parmi les victimes de la tragédie. Il est mort à 33 ans. Il avait obtenu la commande du musée montréalais en 1911. Il avait également obtenu le contrat pour décorer le revêtement de pierre de l’édifice du Dominion Express, situé au 201, rue Saint-Jacques Ouest.
  • L’Union française
    La Marianne de bronze à gauche de l’entrée principale de ce bâtiment est l’œuvre du sculpteur Paul Romain Chevré, qui a survécu au naufrage. Il a également réalisé la statue du premier ministre Sir Wilfrid Laurier, qui se trouve dans le hall du Château Laurier, à Ottawa.

 Tout le circuit montréalais ici
*Ces extraits du «Titanic Tour» sont une courtoisie de Véhicule Press et de l’auteur de Titanic: The Canadian Story, Alan Hustak.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!