FREDERICTON – Le budget provincial a occupé la première période de questions de la session du printemps de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, mercredi, alors que les libéraux ont accusé les conservateurs d’avoir renié leurs promesses électorales.

Le chef de l’opposition, Victor Boudreau, a soutenu que le gouvernement a augmenté les taxes pour les gens ordinaires et éliminé des postes de fonctionnaires, ce qui aura un impact sur les services publics.

Le budget de mardi a doublé la taxe provinciale pour les acheteurs de maison, et selon M. Boudreau, il s’agit d’une erreur pour un gouvernement qui tente d’attirer de jeunes professionnels au Nouveau-Brunswick.

Mais le ministre des Finances, Blaine Higgs, a répliqué que les personnes n’achètent des maisons qu’à quelques reprises dans leur vie, et que la taxe de 0,5 pour cent est la deuxième plus basse au pays, après Terre-Neuve-et-Labrador.

M. Boudreau n’a pas pu savoir du premier ministre David Alward combien le gouvernement compte remplacer de fonctionnaires parmi les 4500 qui quitteront par attrition au cours des trois prochaines années.

Le ministre Higgs a indiqué plus tard aux journalistes que le gouvernement pourrait remplacer jusqu’aux deux tiers de ces employés, mais n’a pas donné de cible précise.

Aussi dans Économie :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!