Métro Le RVER n’est qu’un prolongement du REER, et ce dernier ne convient pas à tout le monde, selon Daniel Laverdière.

Un nouvel acronyme a récemment fait son apparition dans le paysage de la finance personnelle: le RVER, pour Régime volontaire d’épargne-retraite. Pour les gens concernés, faut-il préférer le RVER au REER?

Le RVER, c’est la plus récente initiative lancée par le gouvernement du Québec afin de permettre à plus de deux millions de travailleurs québécois d’épargner pour assurer leur sécurité financière à la retraite. Si l’idée d’économiser davantage est louable, il vaut mieux cependant comprendre les subtilités de ce nouveau régime pour ne pas souffrir d’une diminution du revenu disponible après 65 ans!

À première vue, les quelques avantages offerts par le RVER sont attrayants. Des frais de gestion limités à 1,25% pour l’option de placement par défaut et un plafond de 1,50% pour les trois à cinq options supplémentaires proposées en sont un premier exemple. Le fait de pouvoir se constituer un pécule de retraite financé en partie par l’employeur – qui n’est cependant pas obligé de cotiser, – est aussi une bonne nouvelle pour les participants qui ne bénéficiaient au préalable d’aucun régime de retraite comparable. Finalement, puisque l’adhésion du travailleur à ce nouveau régime est automatique et qu’il doit faire l’effort de s’en retirer dans les 60 jours s’il ne veut pas y contribuer, le RVER offre au travailleur une belle occasion de faire le point sur sa planification financière en prévision de la retraite.

Alors, REER ou RVER? Pour ces deux régimes, les cotisations sont déductibles d’impôt, et les retraits seront imposables. Les sommes accumulées le sont à l’abri de l’impôt tant qu’elles ne sont pas retirées. «Le RVER n’est qu’un prolongement du REER, et ce dernier ne convient pas à tout le monde», prévient d’emblée Daniel Laverdière, expert-conseil Banque Nationale Gestion privée 1859. Pour le planificateur financier, le dilemme posé n’est qu’une invitation à revisiter… le CELI!

Ne sciez pas la branche sur laquelle vous êtes assis!

À quoi bon recevoir des sommes supplémentaires d’un côté, si elles vous privent en fin de compte d’un montant auquel vous seriez autrement admissible?

«Lorsqu’un retraité retire une somme du REER ou du RVER, son revenu imposable augmente du même montant, le privant peut-être du Supplément de revenu garanti (SRG) offert par le gouvernement fédéral», explique Daniel Laverdière. Par exemple, un célibataire dont le revenu annuel, en excluant la Pension de la sécurité de la vieillesse (PSV), dépasse le cap des 17 088$ n’est plus admissible au SRG. Les employés à faibles revenus ont donc plutôt intérêt à maximiser leur épargne dans un CELI. «À l’inverse, les contribuables qui prévoient ne pas être admissibles au SRG et qui possèdent déjà un CELI bien garni peuvent envisager le RVER, surtout si l’employeur y contribue», résume-t-il.

«Pourquoi choisir un régime de retraite compliqué, qui impose plusieurs contraintes, alors que vous maîtrisez déjà les rouages de votre REER et de votre CELI?» – Daniel Laverdière, expert-conseil Banque Nationale Gestion privée 1859

Pour tout savoir sur le REER, visitez lesaffaires.com/mes-finances/retraite.

Aussi dans Économie :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!