Le ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, n’a pas encore pris une décision au sujet du tarif d’électricité de la Société de transport de Montréal (STM). Avant de le réviser, il attend un rapport sur la simplification des tarifs que doit lui remettre d’ici le printemps prochain la Régie de l’énergie du Québec.

«A partir [du rapport de la Régie], on prendra les décisions qui s’imposent», a-t-il indiqué jeudi, en marge du colloque annuel de l’Association du transport urbain du Québec.

Comme toutes les formations politiques, le Parti libéral du Québec s’était engagé au cours de la dernière campagne électorale à redonner le tarif préférentiel «L», plus avantageux, à la STM. Celle-ci l’avait perdu en avril 2014 et le tarif «LG», qui est soumis à des augmentations de prix, lui a alors été attribué. Sa facture d’électricité, attribuable au fonctionnement du métro, a ainsi grimpé de 1M$ en 2015 pour atteindre 26,8M$.

«Tout le monde actuellement nous demande des meilleurs tarifs» – Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

Le ministre a rapporté que plusieurs industries, tels que les centres de ski, les alumineries et les serriculteurs, ont réclamé de meilleurs tarifs d’électricité, ce qui l’a incité à demander l’avis de la Régie de l’énergie pour alimenter sa réflexion. Il a également confié être davantage «sensible» aux revendications des serriculteurs.

Le tarif L est depuis 2014 réservé aux grands clients industriels alors que le tarif LG est donné aux clients commerciaux et institutionnels.

«Il faut faire [les choses] dans l’ordre, a insisté M. Arcand. Le grand défi qu’on a, c’est une question d’équité pour tous.»

L’Agence métropolitaine de transport est aussi soumise au tarif d’électricité LG. La Caisse de dépôt et placement du Québec, qui élabore en ce moment son projet de Réseau électrique métropolitain, doit de son côté discuter avec Hydro-Québec de sa facture énergétique.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus