Josie Desmarais Valérie Plante assure avoir obtenu le soutien de sa famille - son conjoint et ses deux enfants - avant de briguer le poste de chef de Projet Montréal, l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Montréal.

La candidate à la chefferie de Projet Montréal Valérie Plante souhaite doubler le nombre de kilomètres de nouvelles pistes cyclables réalisées chaque année à Montréal, si elle prend la tête de l’administration de Montréal.

Elle proposera mardi un plan qui prévoit la réalisation de 500 km de nouvelles pistes cyclables en quatre ans, soit 125 km par année. Il s’agit de plus du double de l’objectif de l’administration Coderre, qui est de 50km annuellement.

La moitié des 500 km seraient des pistes cyclables «en site propre», soit des pistes séparées des voitures par un terre-plein. «Il ne faut pas juste des lignes blanches au sol. Il y a toute une partie de la population qui ne se sent pas en sécurité sur le réseau cyclable. Surtout moi, en fait…Et pour éviter l’emportiérage, il est important d’offrir un réseau vraiment sécuritaire», dit-elle.

Mme Plante insiste sur le fait qu’il est important pour elle d’étendre le réseau cyclable à l’extérieur des quartiers centraux. «J’ai de la difficulté, par exemple, à aller à Montréal-Nord en vélo. Et on pourrait aussi être d’ajouter 1km de pistes à quelques endroits pour permettre aux Montréalais de se rendre au métro en vélo», explique-t-elle.

Elle ajoute à son plan sa volonté de doubler le nombre de stations BIXI. «Il n’y a actuellement aucune augmentation des stations BIXI, alors que le nombre de cyclistes augmente, regrette-t-elle. Le seul obstacle, il est financier.»

La candidate trouverait le montant nécessaire pour financer cette expansion et l’offrirait à l’organisme à but non lucratif BIXI-Montréal. Elle lui ferait la recommandation de doubler le nombre de stations, «tout en respectant son indépendance».

Pour financer toutes ces mesures, Mme Plante fait valoir que, «si Montréal a trouvé 70M$ pour financer un amphithéâtre au parc Jean-Drapeau qui va profiter à des entreprises privées et à une petite frange de la population, on va être capable d’en trouver autant pour le vélo».

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus