Josie Desmarais Les trottoirs de la rue Sainte-Catherine

L’administration Coderre prévoit allonger près 26M$ pour l’aménagement de trottoirs en granit chauffants sur la rue Sainte-Catherine, entre les rues de Bleury et Mansfield.

«Nos analyses préliminaires nous laissent croire que ce sera dans cet ordre de budget, a indiqué le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Pierre Desrochers, en entrevue à Métro, mais il y a encore des études qui doivent être complétées. Il y a une volonté politique d’aller de l’avant avec des trottoirs chauffants.»

Avec la construction des trottoirs chauffants, l’élargissement des trottoirs – tel qu’annoncé l’an dernier – et divers autres coûts, le projet de réaménagement de la rue Sainte-Catherine entraînera des déboursés de près de 131M$, d’après le dernier programme triennal d’investissements de la Ville de Montréal.

Pour chauffer ses trottoirs au centre-ville, la Ville préconise pour le moment de construire un système de tubulures dans lequel circulerait un mélange d’eau et de glycol. Celui-ci fonctionnerait grâce à une chaudière électrique.

«On a regardé la géothermie, mais on n’était pas capable de le faire de façon efficace», a dit M. Desrochers. Il a précisé que l’alimentation en mazout et en gaz naturel a rapidement été exclue pour des raisons environnementales.

Le directeur de Climatisation et chauffage urbain de Montréal (CCUM), Jean-Claude Michel, qui s’est beaucoup intéressé aux trottoirs chauffants, recommande d’ailleurs la technologie envisagée par la Ville. «Ça fait du sens, a-t-il dit. Avec un câble chauffant qui serait enfoui dans le béton, j’aurais des craintes pour la corrosion. Même si on utilise plus de sel, il va toujours avoir de l’eau ou d’autres substances qui finissent par percoler.»

CCUM, qui possède des chaudières fonctionnant avec le gaz naturel et le mazout et qui assure le chauffage à la vapeur de plusieurs bâtiments au centre-ville de Montréal, dont la Place Ville Marie, la Tour de la Bourse et l’Édifice Sun Life, était prêt à fournir l’énergie nécessaire aux trottoirs chauffants, mais après analyse, la Ville a décidé de ne pas donner suite à cette offre.

Les trottoirs chauffants pourront faire fondre la glace et la neige, mais si l’accumulation est trop rapide, les chenillettes devront être appelées en renfort. «Dans le cas de tempête, ça va nécessiter un certain déneigement, a rapporté Pierre Desrochers. Ça arrive occasionnellement. Avec les changements climatiques, on sait qu’on va avoir de plus en plus de période de verglas. Les trottoirs chauffants vont éliminer la possibilité [d’accumulation de glace].»

Les trottoirs chauffants entraîneront des économies dans les opérations de déneigement. Bien qu’elles soient non marginales, elles s’annoncent limitées, d’après M. Desrochers.

Une équipe technique de la Ville de Montréal entend visiter la ville d’Oslo, où des trottoirs sont chauffés grâce à la géothermie. Elle a déjà vu ceux de la ville d’Holland, située au Michigan, qui utilise depuis la fin des années 1980 des tubes remplis d’eau pour chauffer ses trottoirs. Avec la construction d’une nouvelle chaudière au gaz naturel, elle prévoit étendre de près de 6 km ses trottoirs et ses rues chauffants qui couvrent déjà plus de 8 km.

«La fonte de la neige dans le centre-ville favorise les activités d’hiver et encourage les gens à venir s’y promener librement sans craindre de marcher dans la gadoue, de glisser ou de tomber», a indiqué par courriel la coordonnatrice intérimaire du centre-ville d’Holland, Amy Sasamoto.

Projet Montréal n’est pas contre l’idée des trottoirs chauffants, mais sa cheffe, Valérie Plante, a manifesté de l’inquiétude devant cette technologie peu connue dans la métropole. Elle se questionne notamment sur son fonctionnement, son entretien et sa durabilité.

«Oui, des trottoirs chauffants, c’est intéressant, mais est-ce qu’on va réussir à donner une signature à la rue Sainte-Catherine nécessaire pour attirer des gens? Est-ce que c’est le trottoir chauffant qui va faire la différence? Moi, j’ai peur que ce ne soit pas le cas», a fait savoir Mme Plante, qui aurait plutôt misé sur de l’animation, des placettes publiques et des espaces dédiés pour les cyclistes et les piétons pour dynamiser l’importante artère du centre-ville.

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal est pour sa part en faveur des trottoirs chauffants. «C’est une des principales idées avant-gardistes du projet [de la rue Sainte-Catherine]. Ça m’apparaît un des éléments les plus attirants pour les gens qui voudront revenir sur Sainte-Catherine après les travaux» a dit le responsable campagnes transport, GES et aménagement du territoire, Félix Gravel, qui prévoit des effets positifs pour la végétation de la Catherine.

Le mégachantier de la rue Sainte-Catherine doit être lancé au début de l’année 2018. La Ville s’est dite consciente des désagréments qu’il entraînera, surtout pour les commerçants. L’ajout de trottoirs chauffants pourrait avoir un impact sur l’échéancier qui se terminerait à la fin de 2021, d’après les derniers plans.

«On espère qu’au fur et à mesure qu’on va avancer dans l’installation des trottoirs chauffants, l’entrepreneur va prendre de la vitesse, a dit Pierre Desrochers. À long terme, ça va avoir un impact tellement bénéfique, à notre avis, que ça va avoir valu la peine d’attendre un peu et que la rue Sainte-Catherine sera beaucoup plus belle et beaucoup plus attrayante qu’elle ne l’est aujourd’hui.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!