MONTRÉAL — Alors que le Canada se prépare à célébrer le 150e anniversaire de la Confédération en 2017, Montréal a déjà lancé ses propres fêtes fastueuses, qui dureront toute l’année, afin de souligner sa fondation, il y a 375 ans.

La ville a ouvert ses festivités de 110 millions $ avec une émission de variétés télévisée et l’illumination de plusieurs édifices publics plus tôt en décembre, pour que les célébrations durent 375 jours.

La programmation inclut plus de 175 concerts, festivals, événements culturels et activités, allant de démonstrations de motoneige en style libre à une exposition sur la fondation de la ville à un rodéo dans le Vieux-Port.

Un organisateur a déclaré que la décision de «faire les choses en grand» a été prise il y a des années afin de capitaliser sur les deux anniversaires et d’aider la ville à aller de l’avant après une période difficile marquée par des chantiers de construction sans fin qui entravaient la circulation, de même que la démission de deux maires de Montréal éclaboussés par des allégations de corruption.

«Montréal a connu des jours difficiles au cours des sept, huit dernières année, a déclaré Alain Gignac, le directeur général du groupe responsable des festivités. Mais maintenant, on croit qu’il y a un nouveau mouvement économique et nous voulons le célébrer».

La ville a récemment reçu de l’attention positive, alors que l’agence de voyage Frommer l’a placée sur sa liste des meilleurs endroits à visiter en 2017 en raison de toutes les célébrations qui y auront lieu.

Le site web de l’entreprise a relevé «le carnaval de célébrations fantastiques», qui inclut des marionnettes géantes de Belgique, qui proviennent du Théâtre Royal de Luxe, un spectacle multimédia qui célèbre le fleuve St-Laurent et une exposition sur l’artiste montréalais Leonard Cohen au Musée d’art contemporain.

Mais certains Montréalais et conseillers municipaux de l’opposition se sont montrés critiques envers le coût de ces événements, se demandant si cet argent n’aurait pas été mieux utilisé ailleurs.

En plus du budget alloué aux festivités, la Ville a aussi mis de côté 300 millions $ pour une série de projets d’infrastructures patrimoniaux, dont des rénovations à l’Oratoire Saint-Joseph, des améliorations à des espaces verts, de l’art public, de même qu’une promenade de près de quatre kilomètres qui reliera le fleuve au pied du Mont-Royal.

Le parti d’opposition Projet Montréal a créé un compte Twitter à saveur satirique intitulé «Montréal 378» pour mettre en lumière les projets dont la mise en oeuvre accuse un retard — et qui pourraient ne pas être achevés pour 2017.

La chef Valérie Plante affirme qu’il aurait probablement été préférable de prévoir des projets moins nombreux, mais davantage significatifs «plutôt que de tout faire à la hâte pour finir en même temps».

M. Gignac estime néanmoins que les investissements en matière de célébrations auront un rendement triple, et que plusieurs projets s’avéreront bénéfiques à long terme.

Il se porte à la défense du projet du pont Jacques-Cartier, où l’installation de lumières aux couleurs changeantes coûtera 40 millions $. M. Gignac affirme que le point illuminé deviendra un véritable emblème montréalais, de même qu’une pièce signature pour de nombreuses entreprises locales d’éclairage.

«Nous ne le voyons pas comme une dépense, mais bien comme un investissement», a-t-il lancé.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus