Mario Beauregard / Métro Manon Massé

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques souhaite devenir porte-parole de Québec Solidaire en vue des prochaines élections provinciales en 2018.

«Je pense pouvoir faire une différence avec notre parti», a clamé Manon Massé, dimanche matin, devant une centaine de militants réunis à l’Écomusée du fier monde, à Montréal. Cette dernière vise le poste de porte-parole femme de Québec Solidaire, laissé vacant par Françoise David après son retrait de la vie politique mi-janvier.

Dans une ambiance festive, la députée de 53 ans, déjà porte-parole par intérim, a annoncé sa volonté «de porter les paroles de l’ensemble des Québécois et Québécoises» pour tenter de réduire «les inégalités qui se perpétuent».

Cette annonce intervient au terme d’une semaine réjouissante pour Manon Massé. Après une forte mobilisation et une levée de boucliers de nombreux élus, la Commission de représentation électorale (CRE) a finalement décidé, vendredi, de préserver la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Fief de l’élue de QS, cette circonscription du centre-ville était pourtant vouée à disparaître à la suite d’une suggestion du Directeur général des élections (DGE) du Québec début février, dans le cadre d’une refonte globale de la carte électorale.

manon-masse-3532«Une nouvelle étape»
Cette candidature de Manon Massé a soulevé l’enthousiasme de différents cadres de Québec Solidaire. Après avoir annoncé vendredi son départ, en mai prochain pour «faire de la place à la relève», le président du parti et co-porte-parole Andrés Fontecilla a évoqué «une nouvelle étape qui s’ouvre» pour le parti fondé en 2006.

«Québec Solidaire est à l’aube d’un changement et ça passe par un changement marqué des figures politiques», a expliqué celui qui briguera l’investiture dans la circonscription de Laurier-Dorion aux prochaines élections provinciales.

Présent lors de cette conférence, Amir Khadir s’attend quant à lui à «de belles surprises». «Beaucoup de politiques parlent pour séduire mais ne sont pas à l’écoute, a détaillé le député de Mercier. Manon [Massé] pense à la démocratie, elle a cette capacité d’écoute et cette culture de la participation. Elle fait partie du changement dont on a rêvé.»

«Je ne fais pas partie de lélite»
Alors que les prétendants ont jusqu’au 4 avril pour se déclarer avant le prochain congrès de Québec Solidaire qui se tiendra du 19 au 23 mai à Montréal, Manon Massé a évoqué «une décision qui vient du cœur».

«Je pense avoir le leadership nécessaire, j’arrive à exprimer ce qui touche les gens. La démocratie, ce n’est pas qu’un vote aux quatre ans, il faut créer ensemble ce que nous voulons comme société. Je ne fais pas partie de l’establishment politique ou de l’élite, ça envoie un message: le vrai monde peut lui aussi se préoccuper de la politique», a indiqué l’élue, précisant que son «rêve le plus fou» serait de voir «Québec Solidaire devenir le parti le plus populaire au Québec».


Gabriel Nadeau-Dubois attendu

Le militant Gabriel Nadeau-Dubois, qui s’est fait connaître lors de la grève étudiante de 2012, est toujours pressenti pour succéder à Françoise David dans la circonscription de Gouin. Alors que l’ex-leader du mouvement Faut qu’on se parle reste encore silencieux sur ses intentions, Québec Solidaire ne cache pas son envie de lui ouvrir les bras.

«Il est toujours le bienvenue, a indiqué Andrés Fontecilla, directeur de QS. Ça ne dépend que de lui, mais les portes sont grandes ouvertes». De son côté, Amir Khadir a affirmé avoir «bon espoir».

Québec Solidaire désignera le 26 mars son candidat en vue de cette prochaine élection partielle.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!