Le délai d’attente pour des patients enregistrés afin d’obtenir un médecin de famille varie de 404 à 556 jours sur l’ensemble de la province, dénonce la Coalition Avenir Québec (CAQ). Une interprétation des données contestée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Selon des documents obtenus en vertu de la Loi sur laccès à linformation et dévoilés dimanche par la CAQ, près de 493 000 patients sont inscrits au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) en date du 13 mars 2017. Mais avant d’être pris en charge, ces personnes, qui sont catégorisées en fonction de leur état médical, doivent attendre en moyenne plus de 16 mois.

Ces chiffres sont très éloignés de la volonté initiale du gouvernement libéral. En créant ce guichet national et centralisé en avril 2016, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ciblait un délai d’attente de 30 jours pour les personnes les plus vulnérables, à 90 jours pour celles demandant, par prévention, un médecin de famille.

Pourtant, aucune région du Québec n’a atteint cet objectif, d’après les chiffres compilés par la CAQ. Parmi ces personnes en attente, près de 434 000 Québécois, soit 88% des demandeurs, sont même classés «hors délai» par le ministère de la Santé.

«Trouver un plan B»
«C’est un véritable échec du gouvernement», a clamé le chef caquiste, François Legault, au cours d’une conférence de presse dimanche, en dénonçant «une promesse» d’obtenir un médecin de famille qui s’éternise.

Porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis espère quant à lui une «prise de conscience» du gouvernement. «On doit dire la vérité aux Québécois, a précisé le député de Lévis. La solution miracle [la création du GAMF] est un stationnement où ça bouchonne. Le ministre doit le dire et trouver un plan B.»

Pour la CAQ, cette situation ne règle en rien le désengorgement du réseau de la santé. «Toutes ces personnes attendent toujours d’avoir un médecin de famille et vont engorger les urgences lorsque des soins sont nécessaires», a expliqué François Legault, avant de préciser que 1,5M de Québécois ne sont pas encore inscrits à ce programme.

Un GAFM «victime de son succès»
Contacté par Métro, Gaétan Barrette ne conteste pas la véracité de ces chiffres mais veut «les mettre en perspective». Selon le ministre de la Santé, ce GAMF «est victime de son succès» et l’accumulation d’inscriptions ont retardé les délais d’attente qui se réduiraient mois après mois.

«En décembre 2016, près de 75 000 personnes se sont inscrites. En avril, il n’y en avait que 20 à 25 000 par mois. Ce guichet a été rapidement très populaire», a détaillé Gaétan Barrette, expliquant n’avoir «aucun doute» d’atteindre les objectifs d’attente de 30 à 90 jours d’ici le 31 décembre prochain.

«Ces délais évoqués par la CAQ prennent en compte le passé, car les médecins ont pris du temps à inscrire des patients, a-t-il précisé. Ç’a commencé lentement, mais c’est en accélération. Les délais vont baisser.»

Afin d’améliorer ce système, la CAQ demande également l’élargissement des horaires d’ouverture des Groupes de médecine de famille (GFM) aux soirées et aux fins de semaine.

Moins dattente à Montréal
Les délais d’attente les moins importants se trouvent dans la région de Montréal.

  • Ce délai d’attente varie de 270 jours, pour les cas les plus urgents, à 477 jours pour les personnes les moins vulnérables.
  • Le délai le plus élevé se trouve dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue où on peut patienter de 719 à 818 jours.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!