Mario Beauregard/TC Media Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, était à Laval, le 1er mai.

À l’automne, Laval sera la première région entièrement desservie par un réseau de six super-cliniques.

De passage à la Polyclinique médicale Concorde, le 1er mai, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en a fait l’annonce.

«Le réseau  va progressivement se mettre en place pour être totalement opérationnel à partir du 2 octobre», a-t-il indiqué.

Les six groupes de médecine de famille (GMF) qui exploiteront ces super-cliniques sont le GMF Concorde, GMF Centre Médical Laval, GMF Médi-Centre Chomedey, GMF Sainte-Dorothée, GMF Sainte-Rose et GMF Polyclinique Fabreville. Des 13 GMF présents sur l’île Jésus, ce sont les seuls à en avoir manifesté l’intérêt.

12 heures par jour
Ce virage permettra d’optimiser l’accès aux soins de première ligne sur le territoire lavallois en prolongeant les heures d’ouverture. Ainsi, les six super-cliniques seront ouvertes 7 jours par semaine pour un minimum de 76 heures, soit de 8h à 20 sur semaine et de 8h à 16h les week-ends.

En alternance aux 15 jours, 2 d’entre elles seront ouvertes 12 heures les samedis et dimanches, assurant ainsi aux Lavallois de toujours avoir accès à des services de 8h à 20h, 7 jours par semaine, dans 2 points de service.

La direction des super-cliniques s’est engagée à offrir un minimum de 180 000 places sans rendez-vous et d’augmenter le nombre de plages de consultation lors de périodes d’activité grippale, par exemple, a insisté le ministre Barrette.

Impossible toutefois d’en mesurer le gain réel, le nombre de patients que voient annuellement ces GMF en sans-rendez-vous n’étant pas disponible lors du point de presse.

Libérer l’urgence
«Avec ce projet, nous offrons concrètement une autre option à l’hôpital, notamment les soirs et les fins de semaine», n’a pas manqué de souligner le ministre Barrette.

Pour sa part, la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, Caroline Barbir, a parlé d’une avancée majeure pour la population.

«J’ai hâte de voir l’urgence [de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé] se vider des P4 et P5», a-t-elle fait valoir dans un jargon administratif désignant les cas non critiques pouvant être traités dans les GMF.

Quant à la ministre régionale Francine Charbonneau, elle a appuyé sur le fait que ces super-cliniques compléteront «l’offre de service déjà bonifiée par la présence des groupes de médecine de famille de Laval, assurant ainsi une autre porte d’entrée possible pour accéder aux services».

Par ailleurs, Dr Jacques Blais, chef du département régional de médecine générale, a indiqué que les six super-cliniques correspondent aux plus vieilles cliniques de Laval, implantées depuis les années 70. «Elles étaient d’abord des polycliniques avant d’évoluer vers le modèle GMF.»

Projet pilote
Parallèlement, aux fins de rodage, la région de Laval sera le théâtre d’un projet pilote baptisé Rendez-vous santé Québec qu’on étendra, par la suite, aux autres régions du Québec.

Il s’agit d’un service gratuit permettant de prendre rendez-vous en ligne avec un médecin de famille. En service dès le 1er juillet, ce système sera offert exclusivement aux résidents de Laval, a assuré le ministre Barrette, histoire de ne pas surcharger le réseau.

Qu’ils soient inscrits ou pas aux médecins des GMF-Réseau, les Lavallois auront ainsi accès à une consultation médicale le jour même de leur visite ou dès le lendemain en téléphonant trois heures avant la fermeture.

Précisons que les super-cliniques devront offrir un minimum de consultations par année à des patients sans médecin de famille.

Enfin, l’accès aux services de prélèvements et d’imagerie médicale sera facilité pour les patients qui consultent aux super-cliniques.

 

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!