Getty Images/iStockphoto

Les services de garde devraient être gratuits pour les parents qui reçoivent le crédit d’impôt de la solidarité, croit l’ancien député et psychologue, Camil Bouchard.

Ce dernier a lancé cette proposition à l’occasion du Sommet sur la petite enfance, qui avait lieu jeudi au Palais des congrès. Il a toutefois indiqué que la gratuité des services de garde pour l’ensemble des familles du Québec est «nécessaire» et qu’elle devrait se concrétiser par étape dans un horizon d’environ sept ans.

«S’il y a une priorité, c’est la gratuité des centre de la petite enfance (CPE) dans les milieux défavorisés», a lancé l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, qui était aussi invité à partager ses idées. Ce dernier a insisté sur l’urgence d’implanter des CPE dans les milieux défavorisés pour assurer l’égalité des chances. «Si on ne le fait pas, on est une gang de cabochons», a-t-il dit.

M. Taillefer a en outre suggéré d’utiliser les technologies pour gérer les horaires des enfants et assurer une meilleure communication entre les éducatrices et les parents. M. Bouchard en renchéri a insistant sur la nécessité de réinvestir dans le réseau des centres de la petite enfance pour faire en sorte que les enfants soient encadrés par les mêmes éducatrices sur une base régulière.

«On a l’obligation d’offrir le meilleur service possible pour nos enfants», a déclaré Alexandre Taillefer. Camil Bouchard a acquiescé en suggérant qu’un critère de bien-être soit ajouté à la prochaine politique familiale afin de freiner le phénomène de maltraitance des enfants. «Tous les tout-petits devraient être une préoccupation de tous les jours», a clamé l’ancien politicien.

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!