Romain Schué La plage et le bain portuaire proposés par Projet Montréal.

Un bain portuaire dans le Vieux-Port verra le jour dans les prochaines années. Alors que Projet Montréal s’est engagé jeudi dans ce sens en cas de victoire électorale le 5 novembre, l’administration Coderre a réaffirmé sa volonté de mettre en place un tel aménagement.

Ce bain prendrait place, qu’importe le parti politique, dans la continuité de la plage urbaine située devant la tour de l’Horloge, qui a été inaugurée en 2012. Cette dernière n’offre pourtant pas, pour l’instant, un accès au fleuve Saint-Laurent.

«Il manque un élément essentiel, a souligné Valérie Plante, chef de l’opposition officielle, jeudi. On voit l’eau, on voit le fleuve, mais on n’y a pas accès. Pour une plage, il faut de l’eau.»

S’inspirant de projets similaires qui ont récemment vu le jour à Copenhague et à Paris, où trois espaces ont été créés cet été dans le bassin de La Villette, Projet Montréal promet une telle ouverture «avant la fin du premier mandat», soit avant 2021, en cas de victoire dans les urnes cet automne.

«Ce serait bon pour l’économie, pour le tourisme et pour l’achalandage. Les Montréalais veulent se réapproprier leurs berges.» – Valérie Plante, chef de Projet Montréal

Une idée déjà évoquée
Ce bain pourrait comporter deux bassins, dont l’un réservé aux enfants. Des filets seraient installés dans l’eau, sous la structure, pour éviter les risques de dérive. Selon Sylvain Ouellet, conseiller de l’opposition, qui se base sur les aménagements similaires à l’international, le prix pourrait osciller entre 800 000$ et 2M$. Un chiffre «très réaliste», a-t-il avancé.

Alors que la Ville de Montréal travaille actuellement sur l’aménagement d’une plage du côté de Verdun et de l’est de l’île, qui pourrait respectivement voir le jour d’ici la fin de l’année et durant l’été 2018, cette idée d’un bain portuaire urbain n’est pas nouvelle.

En 2015, Denis Coderre, le maire de Montréal, avait promis un tel aménagement dans les eaux du Vieux-Port pour le 375e anniversaire de la Ville. Après avoir défendu ce projet dès 2014 lorsqu’il dirigeait Projet Montréal, Richard Bergeron avait indiqué à Métro en 2016 l’arrêt de ce projet, «pour des raisons de sécurité».

Pour Valérie Plante, il s’agit uniquement d’«une question de priorité» et de «volonté politique». «Le meilleur exemple, c’est la Formule E, a mentionné la candidate à la mairie de Montréal. Denis Coderre a décidé que c’était une priorité et il était prêt à chambouler un quartier complet et à construire une deuxième piste de course. Rien n’allait l’arrêter pour ce projet-là.»

Dans les plans de la Ville
Faux, rétorque la Ville qui évoque «une récupération politique de bas étage». Ce projet n’a jamais été abandonné, a clamé l’élue Chantal Rouleau, responsable de ce dossier au sein de l’administration Coderre.

«On est en train de faire des études techniques et d’établir des concepts pour répondre aux problématiques du courant du fleuve et pour assurer la sécurité des baigneurs», a repris la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, qui n’a cependant pas voulu s’avancer sur un échéancier précis. «On va avoir des choses à annoncer prochainement», a-t-elle simplement concédé.

«C’est un projet que nous allons réaliser, mais il faut s’assurer d’avoir un bain sécuritaire. Notre volonté politique n’est pas à douter.» – Chantal Rouleau, responsable de ce dossier

Alors que Montréal organise vendredi une nouvelle édition du Grand Splash, qui permet aux volontaires de se jeter dans les eaux du fleuve Saint-Laurent, les derniers relevés du Réseau de suivi du milieu aquatique (RASM) se montrent positifs.

Lors du dernier relevé, le 1er août, la qualité de l’eau y était jugée «bonne», avec 70 coliformes fécaux par 100mL. Un résultat identique au cours de 10 des 11 derniers relevés hebdomadaires, menés depuis mi-mai, avec même une qualité «excellente» à quatre reprises.

Seuls les tests effectués le 6 juin affichent une qualité «mauvaise», avec la présence de 250 coliformes fécaux par 100mL, en raison notamment de fortes précipitations quelques heures plus tôt.

Au 1er août, la température de l’eau, à la plage de l’Horloge, a été mesurée à 23°C (73°F).

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!