Photo: TC Media – Marilyne Demers L'entreprise Pavages d'Amour s'est retrouvée sous les projecteurs à la suite de la publication, le 17 décembre, d'une vidéo montrant une chenillette pliant un poteau de signalisation.

En raison de multiples ratés dans ses services de déneigement l’hiver dernier, l’entreprise Pavages D’Amour vient d’être placée sur la liste grise de la Ville de Montréal.

À l’unanimité, les élus du comité exécutif de la Ville ont décidé mercredi, au cours d’une séance à huis clos dont les discussions viennent d’être dévoilées, de placer cette entreprise sur la liste de fournisseurs au rendement insatisfaisant, autrement appelée «liste grise», pour une durée de deux ans.

Cette firme avait défrayé la chronique dans l’arrondissement du Sud-Ouest, alors qu’elle débutait la première année d’un double contrat obtenu en 2016. Plus de 1200 plaintes de citoyens avaient été déposées et la Ville avait résilié, en mai, les ententes la liant avec Pavages D’Amour.

Environ «300 000$ de bris et pénalités ont été appliqués au fournisseur», précise également un document de la Ville, en raison «de défauts importants ayant entraîné de nombreux préjudices à la Ville et aux citoyens.»

En conséquence, cette firme pourrait ne plus faire affaires avec l’administration municipale au cours des deux prochains années en raison d’une clause insérée dans ses ententes depuis début 2016.

Celle-ci contraint les entreprises signant un contrat supérieur à 100 000$ à faire l’objet d’une évaluation de rendement. Si cette firme obtient une note de passage inférieure à 70%, la Ville peut ainsi l’inscrire sur sa liste des fournisseurs à rendement insatisfaisant.

Dans ce rapport datant du 26 mai, la Ville mentionne notamment de «multiples bris du mobilier urbain» et des «arbres accrochés». Les «difficultés à respecter les délais prescrits par le cahier des charges relativement à l’épandage d’abrasifs sur les trottoirs et […] le déblaiement de la chaussée et des trottoirs», y sont également notés.

Malgré les explications de Pavages D’Amour, qui a été informée de cette évaluation fin mai et qui disposait d’un délai de 30 jours pour contester ce résultat et faire parvenir ses commentaires, la Ville «a décidé de maintenir cette évaluation».

Pavages D’Amour peut néanmoins continuer de répondre aux futurs appels d’offres lancés par la Ville. Mais même en cas de plus basse soumission conforme, la firme pourrait se voir refuser tout contrat, à la discrétion des élus montréalais.

Joint par Métro, Stéphane D’Amour, le président de l’entreprise basée à Dorval, a quant à lui indiqué ne pas être «au courant» et a fait savoir qu’il ne «souhaite pas commenter» ce rapport.

Projet Montréal «satisfait»
Cette décision a été saluée par Projet Montréal, le parti de l’opposition officielle, qui dirige l’arrondissement du Sud-Ouest. «On avait tiré la sonnette d’alarme car cette entreprise avait multiplié les bris et les retards, a indiqué Craig Sauvé, conseiller du Sud-Ouest. La qualité n’était pas au rendez-vous et les citoyens avaient perdu toute confiance dans cette firme qui aura maintenant le temps de s’organiser. On est vraiment satisfait.»

Deux autres compagnies ont déjà ajoutées à cette liste. Qualivac et Le Groupe TNT, qui avait cumulé de nombreux retards dans des travaux de voirie en 2016, sont respectivement mentionnées sur cette liste jusqu’en février et avril 2019.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!