Mario Beauregard / Métro Pierre Rogué, de l'organisme Une porte une Vie.

Une coalition de groupes cyclistes militants a interpellé les candidats à la mairie de Montréal, dimanche, afin que le vélo devienne un «véritable enjeu » dans la course électorale.

Déplorant l’absence de discussion sur le cyclisme depuis le début de la campagne, ils ont invité les principaux partis à se prononcer rapidement sur la question.

«Les annonces manquent de substance, on n’a pas l’impression qu’il y a des engagements réels de la part des candidats» s’est désolé Pierre Rogué, de l’organisme Une Porte une Vie. On dirait que les cyclistes ne font pas partie du paysage montréalais, même si tout le monde dit que Montréal est une ville cyclable.»

L’initiative regroupe également Vélos fantômes Montréal, l’Association des messagers à vélo de Montréal et le pendant canadien de l’International Mountain Bicycling Association. Ensemble, ils promettent de mener une campagne de sensibilisation pour que le vélo soit présent dans les discussions électorales d’ici la tenue du scrutin, le 5 novembre.

La coalition a ciblé comme première revendication «la réalisation d’un réseau cyclable intégré et complet» garantissant la sécurité de tous les usagers.

«On ne peut plus accepter aujourd’hui qu’il y ait des reconstructions d’artères majeures, comme l’avenue Papineau ou le boulevard Saint-Michel, sans qu’il y ait une implantation systématique de voies cyclables, comme ça se fait par exemple à Laval depuis 2 ans», a souligné Pierre Rogué, qui dénonce également «l’obsession du kilométrage» qui accompagne souvent les annonces en matière de pistes cyclables.

«Il ne suffit pas de balancer de la peinture au sol pour faire une ville cyclable» – Pierre Rogué, coordonnateur de la campagne Une porte, une Vie pour la sécurité à vélo.

«Plus de pistes cyclables qui mettent en danger les cyclistes, ce n’est pas une plus-value, a fait valoir Gabrielle Anctil, de Vélos fantômes Montréal. Ce qu’on veut, ce sont des indicateurs de sécurité. Une intersection dangereuse le sera-t-elle encore dans quatre ans? Ça, c’est un vrai critère. Le nombre de kilomètres ne le dit pas.»

Si les intervenants saluent la stratégie Vision Zéro, une série de mesures pour prévenir les décès et blessés graves sur la route adoptée par la Ville l’an dernier, ils estiment que la prochaine administration devrait en faire plus pour favoriser la pratique cycliste à Montréal.

«Vision Zéro, c’est essentiel (…), mais il y a un pas supplémentaire à faire, a jugé Gabrielle Anctil. On doit non seulement construire une ville sécuritaire, mais aussi accueillante et inclusive, où l’on encourage les gens à faire du vélo. Ça inclut des infrastructures à l’extérieur du centre-ville, dans les quartiers excentrés ou défavorisés.»

Équipe Denis Coderre révélera ses engagements en matière de vélo lors du dévoilement de sa plateforme électorale lundi.

Marc-André Gadoury, responsable du vélo pour l’administration du maire, assure que le développement du réseau montréalais se fera selon deux axes: utilitaire, pour les quartiers centraux, et récréotouristique, pour le reste de l’île. Par ailleurs, il maintient l’objectif de faire passer la part modale du vélo à 15%.

Projet Montréal compte annoncer sa plateforme détaillée en matière de vélo cette semaine.

Marianne Giguère, porte-parole en matière d’enjeux piétons et cyclistes, a tout de même indiqué à Métro que le parti s’assurait «de considérer tous les usagers lors du réaménagement d’une artère».

Le premier parti d’opposition à l’hôtel de ville s’est aussi donné comme objectif d’améliorer la sécurité sur tout le réseau, d’augmenter la part modale des cyclistes dans les transports, de désenclaver certains quartiers défavorisés comme Saint-Michel et Parc-Extension et d’améliorer les accès au centre-ville.

M. Gadoury et Mme Giguère s’affronteront dans un débat organisé par Coalition Vélo le 10 octobre prochain au centre Saint-Pierre.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!