Josie Desmarais

Au cours de son mandat, le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, a dépensé près de 440 000$ pour la rédaction de ses discours, en confiant l’écriture de ceux-ci à des pigistes, malgré la présence, à temps plein, de plusieurs personnes chargées de cette tâche au sein de la Ville.

Depuis l’arrivée de M. Coderre à la mairie de Montréal, les factures n’ont cessé de gonfler. Alors qu’environ 1 425$ par mois ont été versés à des ressources externes en 2014, ce chiffre a grimpé à 7 000$ en 2015, avant d’atteindre une moyenne mensuelle de 15 700$ en 2016. Cette année, jusqu’au début de la campagne électorale [la Ville ne paye pas les dépenses des candidats], cette moyenne avait encore sensiblement grimpé, avec 18 740$ mensuels, soit près de 150 000$ en seulement huit mois.

Pourtant, trois personnes, au sein du service des communications de la Ville, sont déjà missionnées pour réaliser cette tâche. Ces derniers doivent néanmoins écrire des textes également pour les autres membres du comité exécutif. Pour ajouter une saveur plus politique, les membres du cabinet de Denis Coderre sont également régulièrement sollicités.

Ces ressources, cependant, ne suffisent pas, explique la Ville. «Le maire, au fur et à mesure de son mandat, est devenu de plus en plus présent [sur le terrain]. Ça a créé une demande additionnelle», assure Louis Beauchamp, le directeur des communications, qui compte sur un service de 111 personnes, appelé à répondre à environ 2000 demandes médias par an.

Récemment, l’intéressé lui-même a mis de l’avant sa forte présence médiatique. «On a jamais eu autant de disponibilités [avec les] médias», a notamment clamé Denis Coderre il y a une semaine, avant de se targuer, le même jour, d’avoir «redéveloppé la nouvelle à Montréal» et de faire des «conférences continues».

«C’est pour répondre à cette demande qu’on s’est donné cette capacité-là» de faire appel à des pigistes, reprend Louis Beauchamp, alors que l’attachée de presse de M. Coderre, Noémie Brière-Marquez, souligne que ce dernier a été «trois à quatre fois plus présent sur le terrain que les maires avant lui».

Plus cher que Trudeau et Couillard
Ni Justin Trudeau ni Philippe Couillard n’approchent de telles sommes. Depuis son arrivée en 2014, le premier ministre du Québec a dépensé 17 700$ au total pour la rédaction de discours à l’externe. Il a notamment confié cette tâche à l’ancienne plume de Jean Charest, Patrice Servant, qui a également écrit plusieurs textes pour M. Coderre.

Tout comme M. Couillard, M. Trudeau fait essentiellement appel à sa propre équipe de communications. Trois personnes se chargent d’écrire, en français et en anglais, les prises de parole du député de Papineau. «Au début de notre mandat, nous avons fait appel à des pigistes à quelques reprises, avant que l’équipe permanente soit complètement formée», confie Cameron Ahmad, porte-parole du premier ministre du Canada, sans néanmoins préciser le prix dépensé.

Du côté de la Ville de Québec, l’attaché politique de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin, assure que les «300 discours» annuels du maire sont uniquement rédigés par «le service des communications, le chef du cabinet ou [lui]-même». «Aucun argent n’est dépensé en externe», fait-il savoir.

Enfin, à Longueuil, si quelques discours de Caroline St-Hilaire ont été confiés à l’auteur-compositeur Stéphane Venne, «c’est une exception», assure un porte-parole de la municipalité.

Du marathon à Israël
Quels discours de Denis Coderre sont confiés à des pigistes ? Il ne semble pas y avoir de règles. Dans les copies des discours que Métro a pu consulter, il y a des allocutions prononcées lors d’un voyage en Israël, pour les 20 ans de Montréal International, la visite d’une équipe de baseball dans la métropole, l’inauguration de centre culturel ou encore, une simple déclaration d’à peine 200 mots pour le dernier marathon.

Au total, une vingtaine de pigistes ont écrit pour M. Coderre un peu plus de 500 discours durant ces quatre dernières années.

«C’est un choix de gestion. On essaye le plus possible de faire en interne, mais vous comprenez qu’on a un grand volume, justifie M. Beauchamp. [Faire appel à des pigistes] nous permet d’avoir une agilité pour répondre au volume de demandes et aux demandes urgentes qui requièrent un échéancier serré.»

Selon Mme Brière-Marquez, le maire sortant ne ferait aucune demande pour un scribe en particulier. Le choix d’un pigiste, qu’il soit chevronné – et donc cher – ou non, serait uniquement «pris par l’administratif».

«Ce n’est pas arrivé souvent, mais il est déjà arrivé qu’il dise qu’il veuille untel», nuance néanmoins une source qui a souhaité garder l’anonymat.

Une somme dénoncée
Jamais un maire de Montréal n’avait dépensé autant d’argent pour cette mission. «M. Coderre aurait dû m’appeler, il m’arrivait d’écrire moi-même des discours, confesse Laurent Blanchard, maire intérimaire en 2013. Ce prix est énorme, j’espère qu’il y avait au-moins des alexandrins.»

M. Blanchard reconnaît cependant «une utilité». «Mais seulement pour des discours spéciaux, explique-t-il. S’il faut parler par exemple d’une venue d’Amazon, ce serait normal de faire appel à des gens spécialisés pour une allocution.»

Un sentiment partagé par le chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand. «Ça me laisse perplexe car la Ville a dépensé beaucoup d’argent pour des discours parfois anodins. Je ne vois pas la valeur ajoutée», juge-t-il.

Chef de Projet Montréal et principale adversaire du maire sortant dans la course à la mairie de Montréal, Valérie Plante y voit «un exemple précis de gaspillage d’argent». «C’est fou et les Montréalais peuvent trouver que c’est exagéré», avance celle qui s’engage à revoir cette dépense en cas de victoire électorale.

Si elle se montre néanmoins ouverte à faire appel à des pigistes «pour des événements particuliers», l’aspirante mairesse compte «réinvestir cette somme dans les services aux citoyens». «J’ai une équipe qui écrira mes discours, avec mon cabinet, et moi, j’écris aussi mes choses», certifie-t-elle.

Les sommes dépensées pour des ressources externes

  • 2014 : 17 101,76$
  • 2015 : 84 064,86$
  • 2016 : 188 420,93$
  • 2017 : 149 925,73$ (au 6 septembre)

***

«Le but, cest de créer de lémotion»

Politologue et professeur émérite du Département de science politique de l’UQAM, Jean-Marc Piotte n’a pas été convaincu par les discours de Denis Coderre.

Jean-Marc Piotte – Photo UQAM

Pour quelles raisons un politicien fait-il appel à des auteurs pigistes pour ses discours ?
Habituellement, c’est pour de grands événements. Le politicien en question doit avoir un objectif et une orientation à donner. L’intellectuel doit ensuite réussir à faire passer le message, en retravaillant l’argumentaire, avec plus de rigueur, dans le but de créer de l’émotion.

Comment réaliser un discours marquant ?
Si les discours de Jean Doré ont marqué, c’est parce qu’il avait une vision politique et une perspective. Si un élu n’a pas cette vision, un spécialiste en communication aura du mal à vendre des mots et au final, ça ne donne pas grand chose.

Comment jugez-vous cette dépense de 440 000$ ?
Elle est un peu exagérée et je ne suis pas sûr qu’il y ait eu une plus-value. Je ne sais pas qui écrit les discours de M. Coderre, mais ils n’ont pas été pas renversants.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!