Le règne de Denis Coderre, l’omni-maire, n’aura finalement duré qu’un seul mandat. Défait par Valérie Plante, il a décidé de quitter la politique municipale dès dimanche soir.

Dans la défaite, comme en campagne, Denis Coderre a axé ses propos sur son bilan. «Je pars la tête haute. Montréal est une ville exceptionnelle. Nous avons travaillé corps et âme pour que la métropole puisse jouer son rôle de premier plan», a-t-il affirmé, avançant avoir «pris des décisions nécessaires» pendant son mandat.

À son quartier-général, établi à l’Olympia pour la soirée, c’était la consternation et personne ne semblait être en mesure d’expliquer la déconfiture. Même le maire sortant n’a pas voulu s’y risquer, disant seulement qu’il était «désolé pour ceux qui ont perdu» et qu’il en prenait «l’entière responsabilité».

«Nous avons préparé le terrain pour assurer l’avenir de nos prochains. Les cônes oranges d’aujourd’hui c’est le début de la transformation du Montréal de demain.» –Denis Coderre

Selon les projections au moment de mettre en ligne, Équipe Coderre passait de 36 à 24 élus au conseil municipal. Le parti du maire sortant était également en voie de perdre 5 mairies d’arrondissement qu’il contrôlait, soit Ahuntsic-Cartierville, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Ville-Marie et Villeray–Saint-Michel–Parc Extension.

Le maire sortant de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, élu dans ce quartier depuis 1993 en comptant plusieurs mandats au fédéral s’est dit simplement «surpris», tout en avouant larme à l’œil que «ce n’est certainement pas le plus beau jour de [s]a vie».

Le maire réélu de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro, Jim Beis, disait pour sa part n’avoir «aucune idée de ce qui c’est passé», une consternation partagée par la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, facilement réélue.

Même s’ils assurent qu’ils siègeront, aucun des deux, ni la conseillère dans Peter-McGill, Cathy Wong n’ont voulu indiquer s’ils accepteraient un poste dans une administration dirigée par Valérie Plante, ou s’avancer sur le futur de leur formation sans Denis Coderre.

Denis Coderre a indiqué qu’il ferait un point de presse mercredi où, espère-t-il,«on parlera d’autre chose que de voitures électriques».

Il a souhaité bonne chance à la mairesse Valérie Plante, comme le veut la tradition, ajoutant qu’il fallait ne rien «prendre personnel», qu’il fallait respecter la démocratie «et faire confiance à ceux qui ont été choisis [par la population]». «Bonne chance, à la prochaine, vive Montréal», a-t-il conclu, entouré de sa femme et d’une bonne partie de ses candidats. Plusieurs têtes d’affiche, dont Elsie Lefebvre, Richard Bergeron et Russell Copeman manquaient toutefois à l’appel.

Dès la sortie des résultats préliminaires, la candidate de Projet Montréal a pris une bonne avance et le moral des quelques dizaines de militants d’Équipe Coderre n’a jamais été à optimisme à l’Olympia. Il a d’ailleurs fallu attendre vers 20h30 pour que les premiers candidats arrivent sur place, ceux du Plateau Mont-Royal, le fief de Luc Ferrandez.

Dès 21h15, lorsque Valérie Plante a été déclarée vainqueur, ce fut donc le silence total parmi les partisans d’Équipe Coderre, jusqu’à 22h45, lorsque Denis Coderre est monté sur scène.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!