Les jeunes montréalais, Étienne et Frédéric Morin-Bordeleau, qui veulent transformer huit vieilles voitures de métro en café gastronomique et artistique, ont sorti leur première MR-63 des ateliers de la Société de transport de Montréal. Aperçu de l’état d’avancement d’un projet emblématique de la créativité et de la solidarité montréalaise.

1-Récupérer
Ils ont moins de 30 ans, mais ils sont déjà arrivés à convaincre différents décideurs publics de leur octroyer plus de 215 000$ pour un projet un peu fou, le MR-63: faire revivre huit vieilles voitures de métro dans un édifice architectural qui vise à promouvoir les talents montréalais de design, de gastronomie et de culture. Environ cinq ans après l’idée initiale, les deux frères Morin-Bordeleau ont sorti leur première voitures MR-63 il y a deux semaines.

«Tout le long du trajet vers l’entrepôt, les gens s’arrêtaient prendre des autoportraits avec les voitures de métro. C’est complètement fou! Les gens y tiennent tellement», raconte Frédéric Morin-Bordeleau, qui gère l’aspect business du projet.

En attendant que le site soit officialisé, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, grâce à l’appui du maire Benoit Dorais, les deux entrepreneurs comptent sur leurs contacts en architecture, chez la firme Rayside Labossière, et en ingénierie, chez les entreprises SBSA et Canarail, pour concrétiser leur projet. Il s’agit d’analyser comment ancrer les voitures dans le futur édifice et examiner les meilleures façons de protéger la structure en fibre de verre des intempéries.

«Pour le nettoyage, on compte déjà sur la communauté de passionnés du métro qui connaissent le moindre boulon utilisé et la superficie du plancher au millimètre près», rapporte le jeune homme de 29 ans. D’autres bénévoles se chargent de gérer les communications et les ressources humaines afin de bâtir une communauté d’entraide comptant déjà une quarantaine de personnes.

2-Rassembler
Les deux frères Morin-Bordeleau souhaitent que leur projet serve de pont entre le quartier de la Petite-Bourgogne, qui compte la plus forte densité d’habitations à loyer modique au Canada, et Griffintown, le nouveau Soho montréalais. Pour synthétiser les attentes des voisins, ils ont fait appel à Exeko, un organisme qui utilise l’art et le dialogue pour entrer en contact avec la population.

«On a débuté au mois de novembre une consultation citoyenne avec Exeko afin de comprendre les besoins des riverains car on veut que ce soit aussi un lieu de rencontre et de partage avec les voisins du quartier», confie Frédéric. Morin-Bordeleau. Un évènement de répétition aura lieu l’été prochain pour tester l’offre auprès de cette communauté

Le projet MR-63 symbolise aussi le pont entre les disciplines et les générations. Ainsi, un comité formé d’architectes et de finissants en santé publique, en sciences et en business, est à imaginer comment rendre le projet le plus vert possible. Et il y a finalement un pont vers la culture : dans la partie supérieure de l’édifice, les voitures de métro serviront de galeries où différentes disciplines seront à l’honneur. «À tout moment, il y aura un médiateur culturel qui aura pour mission de faire découvrir la personnalité des talents d’ici afin que les visiteurs tombent en amour avec eux et élargissent leurs horizons», mentionne Frédéric Morin-Bordeleau. Ce dernier souligne que si chacun dépensait 20$ de plus dans l’achat local, tous secteurs confondus, ce serait 100 000 emplois qui seraient créés, selon une étude publiée récemment.

3-Et ensuite?
Actuellement, trois sites sont à l’étude à proximité du Quartier de l’innovation dans le quartier Griffintown. Il faut aussi établir les plans et boucler le budget qui est désormais évalué à 7M$, soit plus qu’annoncé initialement, car le renforcement des voitures de métro coûtera plus cher que prévu.

«Quand on aura démontré qu’on est capable de réunir la communauté artistique, gastronomique et architecturale autour d’un projet qui attirerait aussi la population, on pourra alors envisager la première pelletée de terre», confie Frédéric Morin-Bordeleau, qui se fixe un échéancier autour de la fin de l’année 2018 et le début 2019 pour la première pelletée de terre.

«Ce qu’on veut, c’est créer à Montréal, un édifice emblématique comme l’est la Tour Eiffel, mais qui ne soit pas tourné vers le passé, mais plutôt vers le présent et le futur», a lancé le jeune entrepreneur.

 

Voir leur vidéo du déménagement de la MR-63

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!