Métro Le magasin Adidas de la rue Sainte-Catherine Ouest

De nombreuses personnalités politiques ont condamné jeudi les propos tenus, la veille, par le gérant de la nouvelle boutique Adidas de la rue Sainte-Catherine à Montréal.

«C’est scandaleux, surtout que c’est un francophone. Je n’en reviens pas. Il faut vraiment être colonisé», a clamé le maire de Québec, Régis Labeaume, de passage à Montréal, avant d’indiquer qu’il n’y mettra «jamais» les pieds.

Selon ce qu’a rapporté le Journal de Montréal, lors de l’inauguration de ce commerce mercredi, son gérant, Alexandre Des Roches, s’est presque excusé de parler en français en affirmant qu’il allait dire quelques mots dans cette langue afin «d’accommoder» les médias francophones. Le reste de la cérémonie s’est déroulé en anglais.

Une situation que n’a pas apprécié Valérie Plante, la mairesse de Montréal. «C’est un manque flagrant de sensibilité, a-t-elle évoqué. Il n’est pas question ici d’accommoder. Le terme est dérangeant.»

«C’est un manque de respect envers le fait que le Québec est une province francophone et que Montréal est une métropole francophone.» –Valérie Plante

À la période de questions à l’Assemblée nationale, alors que le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a souligné «le mépris affiché par Adidas envers tous les francophones du Québec», Philippe Couillard a déclaré que ces propos étaient «inacceptables».

«Dire ça d’un chef d’entreprise à Montréal, je trouve ça excessivement regrettable. J’espère que ça ne se reproduira plus.» –Philippe Couillard

«Le signal des chefs d’entreprise doit être clair: la langue de travail au Québec, c’est le français et dans la métropole du Québec, on parle français», a rappelé le premier ministre, qui s’est empressé d’ajouter que cela ne signifie pas que l’anglais soit une langue étrangère, «loin de là».

«Les citoyens de langue anglaise au Québec sont des actifs très importants pour notre société et on veut leur donner plus d’importance d’ailleurs», a-t-il précisé.

À la sortie de cette séance, la ministre responsable de Charte de la langue française, Marie Montpetit, s’est également montrée catégorique. «Ce n’est pas une question d’accommodement, c’est une question de respect, c’est absolument inacceptable comme comportement, comme conduite», a-t-elle affirmé.

Pour la députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy, cette déclaration d’Adidas est «déplorable» et «malhabile». «Au Québec, il y a une langue officielle, a-t-elle rappelé. Moi, j’aime bien magasiner où on me parle en français.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!