Archives Métro

La Société de transport de Montréal (STM) devra verser plus de 1,2M$ à deux ambulanciers d’Urgences Santé qui ont subi de graves dommages psychologiques alors qu’ils intervenaient sous un wagon de train à la station Cadillac, à la suite du suicide d’une personne.

C’était le 3 mars 2012. Yolande Poisson et Jean Langlois étaient sur les rails et tentaient de dégager le corps d’une personne décédée sous les wagons. Ils entendent alors le klaxon de la loge du wagon de tête à deux reprises, actionné accidentellement par un employé de la STM; klaxon qui indique normalement le départ du train. «Les ambulanciers éprouvent alors une peur intense que cette alarme annonce le départ du métro et que leur vie soit en péril. Cet événement a entraîné des dommages psychologiques chez les deux ambulanciers ainsi que des blessures physiques chez Mme Poisson», peut-on lire dans le jugement de la Cour supérieure, rendu lundi.

Depuis cette intervention, les ambulanciers, qui ont chacun une trentaine d’années d’expérience, sont en arrêt de travail, en état de stress post-traumatique, et perçoivent des prestations de remplacement de revenus auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et la sécurité du travail.

«Les ambulanciers terminent leur intervention sans qu’aucun représentant de la STM ne les rassure ni leur explique ce qui s’est passé», ont-ils expliqué en cour. Cette faute a notamment été retenue par la cour.

«Le comportement d’un chef d’incident, normalement prudent et diligent, placé dans les mêmes circonstances aurait été de s’empresser, sans délai, d’aviser les ambulanciers de l’absence de danger et de les rassurer en les informant que le klaxon avait été actionné par accident», décrit le jugement de la juge Suzanne Courchesne.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!