Mario Beauregard/Métro Le Regroupement des musiciens du métro explique qu’il «reconduit les étoiles qui sont assidues» et que la STM préférait miser «sur la promotion du programme». Sur la photo, l’Étoile du métro Claude Gélineau.

Il n’y aura pas de nouvelles Étoiles du métro en 2018. Les auditions pour trouver de nouveaux membres, prévues ce mois-ci, ayant été annulées. Des musiciens évoquent une injustice.

«Les Étoiles du métro prennent les endroits les plus payants, aux heures de pointe, dans les stations où beaucoup de gens passent, rappelle Lou Dunand-Vincent, violoncelliste. On ne va pas pouvoir avoir ces endroits pendant une année complète.»
Les auditions ont été annulées sans préavis, rapporte-t-elle. «Je n’avais pas eu de réponse après avoir envoyé le formulaire d’inscription. Après une semaine, j’ai enfin pu parler au Regroupement des musiciens du métro, et on m’a dit que c’était annulé pour une raison de budget. Pourtant, on exige des frais d’audition et une cotisation pour le regroupement.»

Contactés par Métro, tant la Société de transport de Mont­réal (STM) que le Regroupement des musiciens du métro ont plutôt évoqué «un bassin d’Étoiles suffisant» pour justifier leur décision. «On reconduit les Étoiles qui sont assidues et jouent un nombre suffisant d’heures au cours de l’année, explique le porte-parole de Musimétro Montréal, Clément Courtois. La STM préférait mettre son énergie sur la promotion du programme.»

Lou Dunand-Vincent croit qu’il s’agit d’un système à deux vitesses, car ceux qui ne font pas partie des Étoiles du métro sont confrontés à un «système archaïque». «Il faut se lever à 4 h du matin et aller cacher des bouts de papier derrière la lyre, dit-elle. Ça peut être enlevé par n’importe qui et, des fois, on est forcé de rebrousser chemin.»

On a déjà songé à instaurer un système électronique, «mais parmi les musiciens du métro, ce n’est pas tous qui ont accès chaque jour à l’internet ou qui sont à l’aise avec l’ordinateur». «On ne voudrait pas pénaliser ces gens qui jouent des fois depuis 20 ou 30 ans dans le métro, soutient M. Courtois. Donc, ce n’est pas en vue.»

L’auteur-compositeur-interprète Chose Bottine croit que «c’est un coup dur pour la relève», de ne pas tenir de nouvelles auditions. «Les Étoiles du métro, c’est une plateforme qui sert à la relève et aux musiciens moins connus», rappelle-t-il.
Mme Dunand-Vincent juge qu’il «faudrait tenir des auditions complètement ouvertes chaque année dans le but de laisser une chance à tous».

M. Courtois souligne que c’était là l’ancienne façon de procéder et qu’elle «ne servait à rien parce que beaucoup revenaient». «Ce sont de bons musiciens et ils sont présents toute l’année. Nous, on veut une offre uniforme toute l’année», dit-il.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!