Attendue depuis des années, la construction du futur centre animalier municipal sera encore être retardée. Et le projet, imaginé dans Saint-Michel, pourrait être relocalisé.

Ce refuge a été une première fois promis en 2011 par l’administration de l’ancien maire Gérard Tremblay. Celle-ci, choquée par la diffusion d’un reportage visant un fournisseur privé et faisant état de maltraitance animale, souhaitait municipaliser ce service.

Initialement envisagée au parc Angrignon, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, pour une ouverture en 2016, cette fourrière animale a été déplacée au nord du boulevard Pie-IX, en 2014, par l’équipe de Denis Coderre, qui mettait en avant la forte présence d’animaux domestiques dans ce secteur. Mais quatre ans plus tard, aucune pelletée de terre n’a débuté, la faute à un terrain fortement contaminé.

Le budget, quant à lui, a explosé. Estimés au départ à 23M$, les coûts ont ensuite grimpé à près de 35M$, avant, récemment, d’être revus à 46M$, dont 16M$ pour la seule décontamination. La Ville a même été contrainte de lancer à trois reprises son processus d’appel d’offres, la faute à un manque de soumissionnaires.

Un métro à proximité
Face à cette hausse des prix, l’équipe de la nouvelle mairesse, Valérie Plante, déjà très critique à l’époque contre l’emplacement de ce projet, ouvre la porte à une nouvelle relocalisation. Aucun nouvel endroit n’a cependant été évoqué pour le moment et un retour au parc Angrignon n’est pas à l’ordre du jour.

«Toutes ces difficultés n’avaient pas été présentées par l’ancienne administration», indique Craig Sauvé, conseiller associé aux services aux citoyens. Ce dernier veut néanmoins être patient.

«On attend toutes les analyses de nos services, on va voir toutes nos options puis on tranchera, avance-t-il. On veut être des gestionnaires responsables pour les Montréalais.»

L’absence d’un métro à proximité du site de Saint-Michel pousserait également à un déménagement. «L’accessibilité est un enjeu majeur», analyse l’élu Sterling Downey, fin connaisseur de ce dossier, qui travaille également sur la mise en place du nouveau règlement animalier de la métropole. Celui-ci devrait voir le jour d’ici l’été.

«Si l’on veut encourager les adoptions responsables, il faut permettre aux familles de se déplacer facilement, plusieurs fois, pour voir les animaux, reprend-il. Sinon, on fait face à des achats par impulsion, qui entrainent des abandons. Et même ceux qui doivent abandonner leur animal en changeant par exemple de logement pourront venir plus facilement dans ce centre s’il est accessible, plutôt que de le laisser au bord de la route.»

Cette relocalisation est néanmoins jugée «désolante» par le conseiller de Saint-Michel, Frantz Benjamin. «C’était un bon endroit, accessible en bus et en voiture, puis par le SRB Pie-IX [projet de bus rapide attendu pour fin 2022]», clame l’élu de l’opposition, avant de mettre en avant de futurs «retards inacceptables».

Des délais rallongés
Il faudra encore patienter avant de voir ce centre animalier, qui accueillerait un minimum de 12 000 animaux, à la fois domestiques et sauvages.

Si l’administration Plante décide finalement d’aller de l’avant dans Saint-Michel, malgré l’incertitude liée aux coûts, «on en a pour trois ou quatre ans», estime Craig Sauvé.

Ce délai pourrait être encore plus long en cas de relocalisation «car il faudra aussi refaire les plans et l’analyse du terrain», ajoute-t-il, sans néanmoins mentionner d’échéancier.

La possibilité d’annuler un tel projet et de continuer de confier, comme c’est le cas actuellement, la gestion animalière aux arrondissements qui font appel à des fournisseurs privés est quant à elle écartée. «On veut aller vers la municipalisation de ces services, confirme Craig Sauvé. Il faut que Montréal prenne un virage humanitaire et éthique envers la faune et les animaux.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!