Archives Métro Philippe Pichet

Suspendu en décembre de son poste de chef de la police du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet supervisera désormais les agents de sécurité qui patrouillent dans les différents bâtiments municipaux, dont l’hôtel de ville.

Relevé de ses fonctions début décembre par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, en raison des scandales qui ont émaillé ces derniers mois le SPVM, Philippe Pichet était toujours à l’emploi de la Ville de Montréal. Il a rencontré mardi Alain Marcoux, le directeur général de Montréal, a confirmé mercredi le cabinet de la mairesse Valérie Plante.

«Il sera désormais affecté au service de gestion des immeubles pour aider à la gestion des agents de sécurité», a indiqué le responsable des communications du cabinet, Marc-André Viau, en précisant que cette rencontre «s’est bien déroulée».

Salaire inchangé
Nommé chef du SPVM en 2015, Philippe Pichet n’avait pas souhaité démissionner de son poste en décembre dernier. Remplacé d’une manière intérimaire par le patron de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud’homme, il attendait d’être réaffecté par la Ville de Montréal.

Il entrera en poste «dans les prochains jours», a ajouté la responsable de la sécurité publique au sein de l’administration, Nathalie Goulet, qui a évoqué une «décision mutuellement profitable».

«Cette situation nous permet de profiter pleinement des talents et capacités de M. Pichet», a ajouté le conseiller Alex Norris.

Sous contrat avec la Ville de Montréal jusqu’en août 2020, Philippe Pichet conservera également le salaire annuel qu’il touchait en tant que chef du SPVM. En 2017, il a gagné 237 295$, a révélé la Ville de Montréal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!