La construction de tours d’habitation continue de croître dans le centre-ville et les prix restent relativement stables comparativement à Toronto ou Vancouver. Pourtant, les projets d’envergure, comme celui de la Tour des Canadiens 3 (TDC3) lancé jeudi, sont scrutés à la loupe.

Une première pelletée de terre a été faite jeudi sur le terrain de la future Tour des Canadiens 3 (TDC3), qui se trouvera sur la rue Saint-Antoine, en face du Centre Bell. Les partenaires du projet, le consortium Cadillac Fairview, Canderel et le Club de hockey Canadiens ont lancé officiellement les travaux de ce projet immobilier de 150M$.

Le professeur d’urbanisme à l’Université de Montréal, Gérard Beaudet, soutient que ce genre de projet est bénéfique si les logements sont occupés par des personnes qui résident à Montréal. Par contre, tempère-t-il, un faible taux d’occupation ou le recours massif à la location sur Airbnb contribue à la spéculation immobilière et au dépeuplement du centre-ville.

S’il assure que la plupart des acheteurs sont montréalais, Bryan Salpeter, le vice-président au développement dans l’est du Canada chez Cadillac Fairview admet toutefois que la nationalité des futurs propriétaires est très variée.

En 2017, Projet Montréal, alors dans l’opposition, avait proposé de taxer les propriétaires étrangers, entre autres pour diminuer la pression sur le marché immobilier et éviter une flambée des prix comme à Vancouver ou à Toronto. L’administration municipale, désormais formée par Projet Montréal, n’a pas été en mesure de confirmer jeudi sa volonté de réglementer.

Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le marché immobilier est en très bonne forme à Montréal. Après une baisse de la construction de copropriétés, le rythme est reparti à la hausse en 2017 avec une augmentation 50% de chantier de condos dans le centre-ville. Selon Geneviève Lapointe, la cheffe analyste pour la région de Montréal à la SCHL, la construction de logements locatifs, elle, n’a jamais connu de baisse ces dernières années et continue de croître.

Paradoxalement, si le marché de la copropriété se porte bien, c’est en partie grâce à la location sur les plateformes comme Airbnb, qui attire les investisseurs à acheter puis à louer leur logement, soutient Geneviève Lapointe.

«Actuellement, dans le centre-ville, un condo sur quatre est en location, c’est beaucoup», souligne l’analyste. Le SCHL prévoit que dans les prochaines années, les condos à louer entreront en concurrence directe avec le parc immobilier locatif.

Les promoteurs de la TDC3 ont indiqué ne pas avoir l’intention d’empêcher les propriétaires de louer leurs logements sur Airbnb.

«Il va sûrement y avoir une saturation à un moment, affirme le professeur d’urbanisme, Gérard Beaudet. En immobilier, on a des cycles économiques. À un moment donné, on aura une offre excédentaire et il va falloir qu’on se calme un peu», ajoute-t-il.

Pour l’instant, les investisseurs se frottent les mains sur la manne que représente Montréal. Cadillac Fairview a déjà investi 2G$ dans le projet Quad Windsor, qui comprend les trois tours du Canadiens, la Tour Deloitte, la rénovation de la gare Windsor ainsi que le parc du Centenaire, et les investisseurs ne comptent pas s’arrêter là.

 

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!