La Ville de Montréal entend modifier les règlements entourant la cuisine de rue.

Au cours de sa réunion hebdomadaire, le comité exécutif a voté mercredi en faveur d’une simplification des règles s’appliquant aux restaurateurs de rue. Le comité de sélection des camions sera notamment aboli.

«Depuis les cinq dernières années, le nombre de nouvelles demandes de camions est très faible et ne justifie pas la tenue d’un comité», indique un document de la Ville de Montréal soumis aux élus.

Les délais engendrés par l’appel de soumission et la sélection étaient jugés trop longs. Ainsi, les restaurateurs devront maintenant seulement faire une demande de permis à la Ville, en s’assurant de respecter ses critères.

«C’est un système qui se veut plus flexible, plus léger et plus connecté au besoin du milieu», a indiqué la mairesse, Valérie Plante.

Le comité de sélection avait été mis en place pour s’assurer d’avoir une offre variée et des mets représentatifs de Montréal. Selon l’exemple de formulaire présenté par la Ville, le menu devra toujours comporter un «produit phare» et il sera impossible de servir plus de 50% de malbouffe.

La Ville souhaite également éliminer les catégories de site C et D, qui présentaient un «faible taux d’occupation». Seules les catégories A et B subsisteront, la première étant destinée pour des sites très en demande par les restaurateurs de rue. Cette modification permettra d’imposer un tarif unique à l’utilisation, alors qu’il y en avait quatre auparavant. En tout, il y a 29 sites ouverts à la cuisine de rue, dont cinq de catégorie A.

Finalement, les permis saisonniers d’hiver ont été abolis à cause de la demande trop faible.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!