Archives métro

La Sûreté du Québec pourrait ouvrir des enquêtes concernant de nouvelles menaces et des messages de haine envers Pauline Marois diffusés sur les réseaux sociaux.

À la suite de l’attentat de mardi, qui a coûté la vie au technicien de scène Denis Blanchette, plusieurs messages sur Facebook ou Twitter véhiculaient des idées agressives à l’endroit de la première ministre.

Un homme a d’ailleurs perdu son emploi comme testeur de jeux vidéo chez Eidos Montréal à la suite de ses propos sur son compte Facebook. «Impossible de trouver de bons assassins aujourd’hui!» (You just can’t find good assassins these days!) y a-t-il d’abord écrit. «Je lui donne un mois avant qu’un meilleur tireur ne fasse ce qui doit être fait» (I give this bitch a month before someone with better aim comes forth and does what must be done), a-t-il ajouté dans les commentaires de son statut.

La SQ mène l’enquête sur l’attentat au Métropolis, car la première ministre était possiblement visée. La SQ enquêtera aussi sur «toute menace communiquée par les réseaux sociaux» faite à l’endroit de Mme Marois. «Attristée», la principale concernée déplore les attentats en affirmant toutefois qu’il ne s’agit certainement que d’un acte isolé. «Malgré cette tragédie, il faut redire que le Québec est une société non violente. Un acte de folie isolé ne peut effacer cette réalité», a déclaré Mme Marois.

Le maire n’est pas inquiet
Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, ne croit pas que l’image de Montréal sera ternie par cet incident. Il ne craint pas d’ailleurs pour sa sécurité. «Je marche dans les rues de Montréal depuis 25 ans sans garde du corps», a-t-il affirmé.

Il veut attendre avant de tirer des conclusions, mais il affirme que ce n’est qu’un «cas isolé d’une personne avec un comportement douteux». Il exclut qu’il s’agisse du début d’une guerre entre anglophones et francophones.

[Commentaires fermés pour cet article]

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!