Radio-Canada Maurice «Mom» Boucher

MONTRÉAL — L’ex-chef des Hells Angels au Québec, Maurice «Mom» Boucher, détenu depuis 2002, semble imperméable à la notion de réhabilitation des détenus.

Déjà emprisonné à vie pour le meurtre de deux gardiens de prison, l’ancien numéro un des Hells Angels au Québec, a reconnu avoir comploté depuis sa cellule entre juillet et novembre 2015 pour faire assassiner une autre figure bien connue du monde interlope, le caïd de la mafia Raynald Desjardins.

Selon les documents rendus publics mardi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), le 11 juillet 2015, Maurice Boucher a profité de la visite d’une personne de son entourage au pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines pour discuter de l’assassinat du chef mafieux, qui était aussi détenu à ce moment, mais dans un autre établissement.

Le plan prévoyait qu’une de leurs connaissances à l’extérieur des murs s’occupe d’un éventuel paiement pour ce meurtre.

Ces deux présumés complices, qui seront jugés en 2019 pour ce complot, ne peuvent toutefois être nommés en raison d’un interdit de publication afin de ne pas influencer d’éventuels jurés à un autre procès qu’ils doivent subir dans un dossier distinct à compter de septembre prochain.

«On va pouvoir le tuer»

Maurice Boucher, qui était sous écoute électronique, aurait alors dit à la personne en visite qu’il connaissait «quelqu’un qui peut tuer», selon les transcriptions.

Prévoyant un éventuel transfert de Desjardins à Sainte-Anne-des-Plaines, Maurice Boucher a ajouté: «S’il vient icitte, on va pouvoir le tuer».

Le 25 juillet, la personne de l’entourage de Maurice Boucher est revenue au pénitencier pour confier que leur connaissance de l’extérieur était d’accord avec le plan.

Maurice Boucher a alors expliqué que, lorsque Raynald Desjardins serait à Sainte-Anne-des-Plaines, il pourrait l’attirer pour que l’éventuel assassin puisse le poignarder.

Agent double et coulage médiatique

Un agent double de la Sûreté du Québec s’est présenté chez la connaissance en septembre, affirmant que son frère avait «le contrat» pour assassiner le caïd de la mafia et se faire confirmer que l’argent lui serait versé.

Puis, en octobre, les médias avaient diffusé l’information voulant que Raynald Desjardins était visé par un complot pour meurtre.

La diffusion de cette information avait mené les deux complices à se rencontrer dans les heures suivantes et, dès le lendemain, Maurice Boucher recevait à nouveau la visite de la personne ayant servi de liaison qui lui apprenait alors qu’une personne s’était fait passer pour le frère de l’assassin auprès de leur complice.

L’ex-chef des Hells avait alors déduit que les policiers étaient au courant de ce qui se tramait et il avait effectivement été arrêté dans sa cellule le mois suivant pour être accusé de complot pour meurtre.

Nouvelle sentence à venir

Maurice «Mom» Boucher devait subir son procès à compter du 30 avril, ce qui ne sera plus nécessaire en raison du plaidoyer de culpabilité.

Il reviendra plutôt devant le tribunal le 11 mai, au Centre judiciaire Gouin, pour les observations sur la peine.

La Couronne et la défense ont indiqué qu’ils se sont déjà entendus pour une suggestion commune, sans que celle-ci n’ait été précisée publiquement.

Le juge Éric Downs, de la Cour supérieure, aura toutefois la liberté de suivre cette suggestion ou non.

Maurice Boucher est incarcéré depuis 2002 pour avoir ordonné l’assassinat de deux gardiens de prison.

Raynald Desjardins, quant à lui, est emprisonné depuis 2011 pour le meurtre d’un dirigeant de la mafia italienne, Salvatore Montagna.

En 2016, il a été reconnu coupable de complot pour le meurtre de Montagna et condamné à 14 ans de pénitencier.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!