Mario Beauregard\Métro

La Ville de Montréal doit continuer d’évaluer la possibilité d’imposer un salaire minimum de 15$ l’heure à tous ses sous-traitants, estiment les deux partis d’opposition.

Le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, a déploré lundi que l’administration de Valérie Plante ait retiré à deux commissions le mandat d’étudier la question du salaire minimum à 15$ l’heure. «Normalement, ça devait revenir en 2018. J’ai été surpris d’apprendre que le dossier a disparu. J’ai soulevé ça au dernier conseil municipal pour signaler que c’était sans doute un oubli. Entre-temps, on a appris que Projet Montréal a retiré ce point du travail des commissions», a rapporté M. Rotrand.

L’an dernier une motion qu’il avait déposée et qui réclamait que la Ville impose le salaire minimum à 15$ l’heure à tous ses sous-traitants avait été rejeté par l’administration de Denis Coderre. «L’administration de Denis Coderre a dit que les élus avaient besoin d’avoir plus d’informations et a renvoyé ça à deux commissions», a rappelé l’élu de Coalition Montréal.

Toutefois, la plateforme du parti de Valérie Plante, Projet Montréal, contient une disposition favorable au salaire minimum de 15$ l’heure. «Ce n’est pas seulement une promesse brisée à leurs militants, a estimé M. Rotrand, mais un manque de respect envers le conseil municipal.»

Avançant qu’un «mandat démocratique doit être respecté», Marvin Rotrand, appuyé du chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, a présenté une motion lundi, au conseil municipal, pour demander à l’administration de mandater de nouveau la commission sur le développement social et la commission sur le développement économique d’étudier cette question. La motion sera débattue au conseil municipal le mois prochain.

«[Le mandat] n’a pas été reconduit à la suite d’une élection. Ça veut dire que l’administration a sciemment voulu ne pas donner ce mandat à une commission. Ça porte atteinte à l’institution qu’est le conseil municipal», a jugé M. Perez. Il a dit vouloir ramener cet enjeu, avec la motion présentée lundi.

Le président du comité exécutif, Benoit Dorais, a invité l’opposition à se «déchoquer». «C’est toujours de notre intention d’aller de l’avant et d'[imposer le salaire minimum à 15$ l’heure]. Il faut le faire en accord avec le syndicats et dans le respect de la loi également, notamment la loi sur l’équité salariale. Plusieurs choses doivent être faites avant d’aller de l’avant», a-t-il soutenu.

Répondant au retrait du dossier des mains des deux commissions, M. Dorais a indiqué ne pas «être intervenu» pour retirer le mandat. «Les deux commissions peuvent étudier le dossier, a-t-il poursuivi. Il y a une campagne électorale [provinciale] qui s’en vient. On peut tous faire ces demandes aux députés et candidats.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!