Ajouter dix trains sur la ligne de métro orange à l’heure de pointe ne se fait pas en criant ciseau. Il faut notamment construire un garage supplémentaire à plus de 25m sous terre. Il s’agit d’un chantier (presque pharaonique) de 440M$ qui implique, entre autres, de creuser une énorme fosse qui serait capable d’accueillir le Sphinx. Visite guidée en trois actes du chantier Côte-Vertu.

1-Commande
Pour désengorger la ligne orange, la Société de transport de Montréal (STM) veut accroître de 30 secondes la fréquence des passages des train, qui sera d’environ 2 minutes 30 secondes à l’heure de pointe à partir de 2021. En plus, le prolongement de la ligne bleue, qui doit se concrétiser en 2026, amènera encore plus d’utilisateurs sur la ligne orange à partir de la station Jean-Talon.

Faire garer plus de trains implique de pouvoir les stocker et les entretenir la nuit. «Mes amis pensaient que construire un garage de trains, c’était simple et essentiellement fait en tôle. Mais c’est pas mal plus compliqué», a plaisanté le directeur du bureau de projet, Sylvain Paquet.

En effet, cela exige de construire un garage de trois branches à environ 25m de profondeur, auquel s’ajoute un tunnel de raccordement menant vers l’arrière-gare de la station Côte-Vertu, pour un total de 1,5km de tunnel. Il ne faut pas oublier le bâtiment pour l’accès des employés d’entretien des trains, dont 7 des 10 étages sont souterrains, donc directement creusés dans le roc. Et finalement, il faut ajouter deux sorties de secours, elles aussi creusées en profondeur.

2-Réalisation
Amorcé en mai 2017, le chantier donnera du travail à 320 ouvriers pendant encore deux ans et demi.

Pour retirer du sol pas moins de 350 000 mètres cubes de roc, près de 15 000 allers-retours de camions seront nécessaires. Dans les tunnels, deux haveuses venues d’Allemagne en pièces détachées se chargent de creuser jusqu’à cinq mètres par jour, suivant la dureté du roc et les travaux de renforcement nécessaires, a résumé la directrice de projets à la STM, Shanthi Nelliah.

Pour permettre l’accès aux camions de déblaiement, il a fallu creuser à coups d’explosifs une énorme fosse carrée de 70m de large et de 25m de profondeur.

«Parfois, les charges allaient jusqu’à 1000 kilos d’explosifs», a confié le surintendant général du chantier, Denis Pelletier.

Les travaux ont lieu même la nuit, ce qui ne va pas sans désagréments, malgré les murs antibruit. «La poussière surtout, mais aussi le bruit et la lumière la nuit sont assez désagréables, surtout que ça s’ajoute au bruit des avions», a indiqué un résidant de la rue Grenet, qui a préféré garder l’anonymat.

L’école primaire Enfant-Soleil a souligné plutôt le professionnalisme des employés du chantier, qui sont venus faire une présentation aux enfants. En septembre, le dynamitage avait été temporairement suspendu après qu’une opération eut occasionné des projections, brisant trois vitres au centre de loisirs situé à 150m du chantier.

3-Ensuite?
Une fois l’excavation terminée, la STM, qui est maître d’œuvre du projet, s’attaquera au bétonnage des tunnels du garage. Puis viendra, à partir du printemps 2019, l’installation des équipements d’entretien des voitures de métro. De juin à août 2020, la station Côte-Vertu sera inaccessible, car la STM installera un système d’aiguillage permettant de réduire le temps d’immobilisation d’un train en bout de ligne, dont la durée est actuellement de 2 minutes 45 secondes.

La mise en service du garage est prévue au début de 2021. Il devrait répondre à la norme environnementale Envision, qui comprend une soixantaine de critères. Elle implique notamment la gestion des déchets de construction, la construction d’un bassin de rétention des eaux usées pour capter les boues avant de renvoyer l’eau à l’égout et la gestion des plaintes. Selon les évaluations de la STM, aucun édifice adjacent n’a subi de fissures à cause des dynamitages.

Les principaux coûts:

  • Infrastructures: 223,6M$
    Équipements métro: 127,1M$
    Activités immobilières (terrains) : 12,5M$
    Réserves pour risques: 19,4M$
    Taxes (nettes de ristournes): 18,1M$
    Frais de financement court et long terme: 38,7M$

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!