THE CANADIAN PRESS Manifestation de la Meute à Québec.

À quelques jours d’une manifestation du groupe d’extrême droite La Meute, qui doit se tenir à Montréal, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) affirme qu’elle s’assurera de la «neutralité» des policiers présents sur le terrain.

Lors de la séance de la commission de la sécurité publique de mardi, un citoyen, Alexandre Popovic, a souligné que plusieurs membres de groupes d’extrême droite sont d’anciens policiers et qu’un des porte-parole de la Meute se vantait d’avoir l’appui du SPVM. Le groupe La Meute prévoit manifester le 1er juillet dans la métropole pour s’opposer à l’immigration illégale.

«Nous sommes plusieurs à avoir des raisons de penser que le SPVM fait preuve de collusion avec les groupes d’extrême droite», a avancé M. Popovic, qui a demandé si des mesures étaient prises pour savoir si les policiers qui interviennent dans les manifestations d’extrême droite ne sont pas par exemple membres de la page Facebook de La Meute.

M. Popovic a dénoncé un «deux poids deux mesures» entre les interventions envers les militants anti-fascistes et de droite par le SPVM.

«On ne prend pas plus pour un clan qu’un autre, a tenté de rassurer l’inspecteur à la division de la planification opérationnelle du SPVM, Pascal Richard. On est là pour empêcher les affrontements.»

Son collègue commandant du comité directeur emploi de la force du SPVM, Daniel Gervais, a soutenu qu’il «devient très complexe de gérer deux manifestations qui veulent entrer en collision».

«La manifestation du 1er juillet, on est en train de la planifier. Ce n’est pas quelque chose de simple», a poursuivi M. Richard. Celui a ajouté qu’après l’écoute des commentaires, le SPVM scruterait les affiliations politiques de ses agents pour s’assurer de leur «neutralité».

Selon lui, il serait «inacceptable» qu’un policier qui intervient soit membre d’un des groupes qui manifeste.

L’inspecteur au service des communications du SPVM, André Durocher, a toutefois nuancé qu’il s’agissait d’un «terrain glissant». «On se doit d’être neutre comme service de police, mais ça s’arrête où? On a des policiers avec des multitudes de religions et d’affiliations politiques. Mais quand le policier porte l’uniforme, il doit être neutre», a insisté M. Durocher.

La responsable de la sécurité publique au sein du comité exécutif, Nathalie Goulet, a pour sa part déclaré que mettre «dos-à-dos» les anti-fascistes et les groupes qui font la promotion d’une idéologie xenophobe n’était «pas une stratégie valable à long terme».

«Je trouve que les policiers bénéficierait d’une formation sur les crimes haineux au-delà du module sur les crimes haineux qui existe actuellement», a précisé Mme Goulet, qui ne veut pas adopter une tactique à la place du SPVM.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!