Josie Desmarais/Métro Valérie Plante

Alors que les finances du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) sont dans le rouge, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, souhaite que celui-ci recentre ses activités sur Montréal.

«Je veux m’assurer que la mission de base est remplie. Est-ce qu’on offre tous les services aux Montréalais? C’est un centre de prévention de la radicalisation qui est situé à Montréal», a-t-elle commenté mardi.

Près de 50% des opérations du CPRMV se font à l’extérieur de Montréal, dont plusieurs missions à l’international. Et depuis quelques mois, la Ville de Montréal est le seul bailleur de fonds du centre. Le ministère de la Sécurité publique est en négociation pour une nouvelle entente avec le CPRMV.

«Je veux bien que ça se déploie plus grand, mais il faut avoir un mandat qui est conséquent et surtout le financement qui va avec, a soutenu Mme Plante. Pour les missions internationales, il faut se poser la question: “est-ce que c’est comme ça qu’on veut dépenser l’argent des Montréalais?”»

Lundi, La Presse rapportait que le CPRMV avait dû arrêter de payer ses employés temporairement, faute de fonds.

«Il y a un audit qui a été demandé par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec pour voir comment l’argent a été dépensé. On ne remet pas en question la mission, mais on veut s’assurer que l’argent est bien dépensé», a martelé la mairesse.

Mme Plante n’a pas de crainte de détournement de fonds et a assuré qu’elle ne souhaitait pas mettre «la clé dans la porte» de l’organisme.

Le CPRMV a été créé par la Ville de Montréal en mars 2015, dans la foulée des attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa. Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal avaient chacun injecté 1M$ pour les deux premières années de fonctionnement du centre.

Le ministre de la Sécurité publique de l’époque, Martin Coiteux, a doublé le montant de son financement dès l’année suivante «devant le succès du centre».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!