Pablo Ortiz/Métro

La Société de transport de Montréal (STM) a pris la décision de cesser la diffusion des conseils de Michèle – une campagne publicitaire lancée le 23 octobre pour réduire les retards – dans toutes ses voitures de métro. Plusieurs usagers s’étaient dits agacés, la semaine dernière, par le fait que les messages humoristiques étaient difficiles, voire impossibles à entendre.

«Être pressé, ça arrive, mais se prendre pour un grand samouraï et bloquer les portes du métro avec son parapluie pour essayer d’entrer même s’il est trop tard, ça arrive trop.» Voilà l’une des annonces qu’il était possible d’entendre dans le métro de Montréal depuis la fin du mois d’octobre.

Joint par Métro, le conseiller aux affaires publiques de la STM, Philippe Déry, a confirmé que son organisation a pris acte des plaintes.

«Malgré le fait que des essais avaient été effectués en amont de la campagne, des commentaires des clients et nos propres observations sur le terrain nous ont incité à cesser la diffusion, puisque nous n’étions pas en mesure d’assurer une qualité sonore satisfaisante dans l’ensemble des trains.» – Philippe Déry, conseiller aux affaires publiques de la STM

Il explique notamment les défauts de diffusion des publicités par le fait que «chaque train a un son unique». «Et ce, sans oublier le niveau de bruit qui augmente lorsque le train accélère», a-t-il renchéri.

Il s’agissait d’une première expérience de diffusion du genre dans le réseau du métro de Montréal pour la STM, a toutefois prévenu le conseiller. «Il est donc normal de devoir apporter des ajustements et la STM a agi sans tarder, à l’écoute de ses clients», a-t-il considéré.

Malgré tout, la diffusion des conseils audio narrés par Michèle Deslauriers, la voix du métro depuis 15 ans maintenant, se poursuivra sur les quais et dans les stations de métro. C’est strictement dans les voitures que les messages seront enlevés. Les affiches montrant les conseils de Michèle demeureront également aux murs de bon nombre de stations.

Frustrations et remises en question
Sur la page Facebook de la société de transport, plusieurs citoyens s’étaient dits agacés et frustrés par les nouvelles publicités, au début du mois de novembre. «Les nouveaux messages sont plus bruyants que les anciens, a écrit un internaute. Ce n’est pas scientifique, mais j’ai fait le test avec une application qui mesure le bruit et les nouveaux messages font 95 décibels au lieu de 85 pour les anciens. Ça va prendre des bouchons bientôt pour prendre le métro.»

Suivi par plusieurs autres, un autre usager s’est interrogé sur le volume des messages courants, en général, dans certains trains de la STM. «En attendant que les messages spéciaux deviennent audibles, serait-il possible de baisser le volume des messages courants annonçant les stations de métro? Dans les nouveaux trains – le problème ne me semble pas exister dans les vieux –, le volume sonore vous force le tympan», a-t-il dit.

Une proposition à laquelle la STM a réagi directement, affirmant que le niveau sonore des nouveaux trains AZUR a été configuré «à la suite de plusieurs tests». «L’acoustique a été repensée avec précision dans ces nouveaux trains. Il faut toutefois comprendre que la perception dans la réception des messages change selon la situation dans laquelle on se trouve: train à l’arrêt ou en mouvement, situé proche du haut-parleur ou non», indique la société, invitant l’usager perturbé à rapporter la situation sur son site web pour un traitement rapide.

Par cette campagne massive de publicité, la STM avait dit vouloir, fin octobre, s’attaquer à des comportements nuisibles qui ralentissent le service, bien que la société de transport reconnait être responsable «à part égale» avec les usagers des arrêts de service.

«Ces arrêts de service pourraient être évités en adoptant les bons comportements, avait notamment indiqué le président de conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb. Notre campagne vise à faire prendre conscience que nous faisons tous partie de la solution pour faire de l’utilisation du transport collectif une expérience toujours plus agréable.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!