Yves Provencher/Métro Le regroupement UTILE veut réutiliser les deux structures de béton au-dessus de la gare d'autobus

Croyez-le ou non, il se trouve encore des gens capables d’imaginer un avenir à l’îlot Voyageur. Derrière la carcasse de ce mégaprojet inachevé, des étudiants y voient une opportunité de construire 646 chambres au sein d’une coopérative d’habitation, pour un coût de 46,6 M$.

Le regroupement UTILE pour le Quartier Latin a présenté le détail de son projet de coopérative mercredi. À la différence d’une résidence étudiante, le lieu serait géré par les membres de la coopérative qui serait la propriétaire.

«L’étudiant va d’abord acquérir une part sociale qui lui permet de devenir membre de la coopérative, a expliqué Laurent Levesque, chargé de projet au sein du groupe. Ce faisant, il deviendra copropriétaire en quelque sorte de l’ensemble du bâtiment et sera impliqué dans sa gestion. Il paiera aussi un loyer mensuel.»

Ces logements occuperaient l’espace vacant au-dessus de la gare d’autobus et contribueraient à combler un besoin de logements abordable dans le quartier.

Le regroupement composé d’étudiants de l’UQAM en urbanisme, notamment, a reçu l’aide de la firme d’architecte Rayside Labossière. Selon ces deux acteurs, le projet est idéal pour l’aile nord de l’îlot, dont la structure bétonnée abandonnée est devenue le symbole de l’échec du projet de l’UQAM.

À l’origine, cette portion située au-dessus de la gare d’autobus devait accueillir 1100 chambres de résidences étudiantes. Les plafonds n’ont que huit pieds de hauteur, ce qui est acceptable pour des constructions à vocations résidentielles, mais ne l’est pas pour des édifices publics ou à bureaux. Cela restreint les possibilités et explique notamment que depuis 2007, aucun projet n’a été sérieusement envisagé pour l’endroit.

Le défi est toutefois de convaincre le gouvernement, propriétaire des lieux depuis 2010, puisque les bâtiments ont été mis en vente en 2012.

Le regroupement a donc envoyé une lettre à la première ministre, le 17 décembre, pour demander l’arrêt du processus de vente des structures de la portion nord. La Société immobilière du Québec (SIQ), l’organisme gouvernemental qui gère les lieux, a toutefois confirmé à Métro mercredi que le processus de vente suit son cours et qu’une transaction pourrait être conclue dans les prochaines semaines.

L’opposition officielle de la Ville de Montréal, Vision Montréal, proposera une motion au conseil municipal du 28 janvier pour appuyer le projet. Le député péquiste Daniel Breton appuie également le groupe.

L’UQAM et n’a pas rappelé Métro. La SIQ n’a pas souhaité commenter le projet.

Quelques chiffres

  • Coût du projet 46,6 M$
  • Le coût des travaux avant taxe (construction, rénovation, réparation) est évalué à 33 M$ dont 4, 5 M$ pour l’acquisition des lieux
  • Loyer à 500$ à 540$ par mois
  • Pour être réalisé, le projet a besoin d’une subvention de 9,3 M$
  • 80% du projet serait financé par une hypothèque

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!