Archives Métro Une punaise de lit

La prévalence des cas de punaises de lit est en légère diminution, selon les chiffres de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM), dévoilés mardi. Les autorités refusent toutefois de crier victoire.

En 2012, 2,2% des ménages montréalais avaient déclaré un problème d’infestation, contre 2,8% en 2011 et 2,7% en 2010. Le sondage téléphonique est effectué annuellement auprès de 1000 ménages.

Cela représente un potentiel de 18 500 logements infectés, contre 23 000, en 2011, sur toute l’île de Montréal. Même s’il s’agit d’une diminution de 20%, la DSP y voit plutôt une stagnation. «On ne peut pas dire qu’il y a diminution, compte tenu de l’échantillonnage», explique Denis Drouin, un des directeurs de la DSP. «Ce problème occasionne des démangeaisons, des problèmes de sommeil, d’anxiété et d’isolement social», a précisé le Dr Drouin.

Si l’on s’en tient au territoire de la Ville de Montréal, 12 783 logements ont été enregistrés comme ayant nécessité la venue d’un exterminateur, a indiqué Benoit Dorais, l’élu responsable de l’Habitation à la Ville de Montréal. Ce dernier a encore une fois appelé les Montréalais à lacérer leur vieux matelas et à les mettre dans des sacs plastiques avant de les mettre à la rue.

La Ville distribuera gratuitement 2 000 sacs encore cette année, en plus de mener plusieurs actions de sensibilisation et d’information telles que le site internet lespunaisesdelit.info

Mais pour les représentants des locataires, c’est insuffisant. «Le problème avec le plan de la Ville, c’est qu’il manque de mordant. Il faut qu’il y ait plus de constats d’infraction qui soient émis aux propriétaires récalcitrants ou à ceux qui ne font pas la désinfection dans les règles de l’art», a déclaré France Émond, porte-parole du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec.

Selon elle, les quartiers de Parc-Extension et de Côte-des-Neiges sont les plus problématiques. Elle ajoute que certains quartiers de Ville-Marie, de Rosemont et d’Ahuntsic ne doivent pas non plus être négligés.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!