Ce coup d'éclat vise à secouer le gouvernement, qui doit rendre publique au plus dans une semaine le rapport du BAPE.

Les automobilistes qui circulaient sur l’autoroute 15 en direction sud ce matin ont assisté au déploiement d’une imposante bannière invitant le gouvernement Charest à être «cohérent» et à repenser le projet de reconstruction de l’échangeur Turcot tel que défini par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

À une semaine de l’expiration du délai de 60 jours accordé à la ministre de l’Environnement pour rendre public le rapport du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et alors que s’amorçait la dernière journée de la Commission parlementaire sur la cible de réduction des gaz à effet de serre (GES), des représentants des groupes environnementaux et socio-économiques ainsi que des experts en urbanisme et en transport ont tenté de secouer le gouvernement Charest.

«Dans un contexte où tout le monde dit qu’il faut faire des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, comment peut-on arriver avec un projet comme Turcot, s’est questionné le directeur général du Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, André Porlier. Le projet de reconstruction du complexe Turcot doit faire partie de la solution, pas du problème.»

Selon les prévisions du MTQ, au terme des travaux, en 2016, quelque 25 000 voitures de plus devraient circuler quotidiennement dans l’axe du complexe Turcot.

Division des travaux
Bien qu’il s’oppose au projet du MTQ, le groupe d’opposants à l’origine de la manifestation a tenu à préciser qu’il n’était pas contre la reconstruction du complexe Turcot.

«Il ne faut pas interpréter le fait que nous sommes contre le projet du ministère comme une opposition à la réfection de Turcot ou à une meilleure fluidité de la circulation, a indiqué Florence Junca-Adenot, ex-PDG de l’Agence métropolitaine de transport et directrice du Forum Urba 2015 au département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM. Mais il y a d’autres façons de régler le problème.»

Mme Junca-Adenot et Pierre Gauthier, professeur agrégé au département de géographie, d’urbanisme et d’environnement de l’Université Concordia, ont notamment proposé de diviser les travaux.

«Le MTQ doit se concentrer sur l’échangeur étagé et l’autoroute 15 à Côte-Saint-Paul, a expliqué M. Gauthier. Pour le reste, le ministère devra refaire ses devoirs.»

Un rapport attendu
Le rapport du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a été remis à la ministre de l’Environnement, Line Beauchamp, le 11 septembre. Cette dernière avait 60 jours à partir de cette date pour rendre le rapport public. Le BAPE avait dû faire face, lors de ses travaux en mai et juin dernier, à une forte opposition face au projet du MTQ pour le complexe Turcot. Selon le recensement du CRE de Montréal, 87 % des mémoires déposés devant le BAPE s’opposaient au projet.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus