Yves Provencher/Métro Maryann Gauthier et Ursy Ledrich

Le Sommet des jeunes aura bien lieu, même si le gouvernement a refusé de financer l’évènement.

Le Bureau de consultation jeunesse (BCJ), qui pilote l’évènement, espérait une contribution gouvernementale de 110 000$ pour financer la tournée des région qui a eu lieu ainsi que l’évènement de quatre jours où plus de 250 jeunes sont attendus pour parler de sujets tel que l’intimidation, l’homophobie, les relations avec l’autorité, le travail et la gratuité scolaire.

Mais le Secrétariat à la jeunesse (SAJ), qui assiste le gouvernement dans ses actions en matière de jeunesse, a recommandé qu’on n’attribue pas de subvention à l’organisation, notamment parce que BCJ reçoit déjà des fonds publics pour réaliser son mandat, que la diversification des fonds n’a pas été réellement faite et que le mandat de l’organisme est local et non national. Une source bien au fait du dossier signale aussi que la demande était disproportionnée par rapport au budget du SAJ et à la portée de l’évènement.

Le SAJ organise sa propre tournée de consultations au Québec, une tournée pilotée par le député Léo Bureau-Blouin, qui vise elle aussi à recueillir le plus d’avis possible en vue de la révision de la Politique québécoise de la jeunesse, que prépare le gouvernement.

Pour les jeunes organisateurs du Sommet des jeunes, la consultation gouvernementale actuelle reste trop théorique et n’est pas assez centrée sur les besoins de la jeunesse. «Tous les jeunes qu’on a rencontré trouve qu’on les infantilise trop et qu’ils manquent d’endroits pour s’exprimer réellement», clame Ursy Ledrich, un des organisateurs du Sommet.

Lors des quatre jours du sommet, qui se tiendra au Collège Ahuntsic du 12 au 16 août, on parlera donc d’intimidation, de relations avec la police, de racisme, d’école mais dans un format différent où les échanges seront mis de l’avant.

Par exemple des jeune Français des banlieues viendront parler du programme Dis/Crime/Nation qu’ils ont mis en place dans leur quartier et pourront échanger avec des jeunes du quartier Ahuntsic, qui ont mené un campagne locale de consultation sur le thème des relations avec la police, campagne qui abouti à la création d’une pièce de théâtre à vocation cathartique.

Plusieurs conférenciers seront aussi au menu dont Gabriel Nadeau-Dubois. «À la suite du Sommet, on aura aussi un travail de synthèse et d’écriture afin de mettre sur papier nos préoccupations et nos recommandations concernant la nouvelle Politique québécoise de la jeunesse en préparation parce qu’on veut une politique qui nous ressemble vraiment», conclut Maryann Gauthier, une des organisatrices du Sommet.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!