Archives Métro Richard Bergeron

Projet Montréal a obtenu, en vertu de la loi sur l’accès à l’information, le montant des salaires des cadres de la Société de transport de Montréal (STM). Les données recueillies ont choqué ce parti et son chef. Selon les informations colligées par la deuxième opposition montréalaise, quatre postes se sont ajoutés à la haute direction de la STM au cours de l’année 2010. Ces nouveaux postes, combinés à des hausses salariales qui atteignent en moyenne 13 % pour les 15 cadres les mieux payés de la société, ont mené à une augmentation de la masse salariale des cadres de la STM de 17,6 %.

En tout, les 41 cadres de la STM se sont partagé en 2010 6,2 M$ en rémunérations. Il s’agit d’une hausse de 932 794 $ par rapport à 2009. «Il y a une dérive au niveau de la rémunération des cadres supérieurs de la STM qui est particulièrement scandaleuse, a déclaré le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron. Ces hausses salariales ne peuvent être justifiées par le fait qu’il a plus de services offerts et qu’il y a plus d’argent d’investi. On demande aux cadres de faire preuve d’un peu de décence.»

Le vice-président de la STM, Marvin Rotrand, a dé­fendu les hausses salariales accordées aux cadres. «On est loin de surpayer nos gens, a soutenu l’élu d’Union Montréal. Les sa­laires offerts correspondent à la médiane des salaires versés dans les autres grandes sociétés de transport.» M. Rotrand a insisté sur le fait que la STM avait augmenté son offre de service de 16 % et investi beaucoup d’argent dans du nouveau matériel roulant au cours des dernières années. «Les nouveaux postes qui ont été créés s’expliquent pas les investissements qui ont été réalisés», a-t-il martelé. Projet Montréal propose de «déterminer le juste niveau de rémunération des cadres en utilisant des comparables avec le reste du monde municipal québécois et la haute fonction publique du Québec».

Projet Montréal demande également que les cadres «de la Ville et des organismes affiliés reçoivent les mêmes augmentations de salaire, bonus inclus, que la moyenne des employés de la Ville». La chef de l’opposition officielle, Louise Harel, est allée plus loin et a évoqué la possibilité de forcer la STM à divulguer les augmentations de salaires consenties à ses cadres lors de la présentation de son budget. «Présentement, on ne voit ni les salaires, ni les bonus quand on approuve les budgets, a-t-elle affirmé. Je pense qu’on va devoir adopter de nouvelles règles.»

Hausses salariales à la Ville
Projet Montréal a aussi analysé les hausses salariales consenties aux cadres de la Ville de Montréal.

  • Selon les informations obtenues par la deuxième opposition, «les hausses de salaires des cadres de direction de la Ville, en 2011, seront de 6,5 % à 12 %».
  • Les autres employés municipaux ont reçu des augmentations d’environ 2 %.
  • Jean-Yves Hinse, le directeur des relations professionnelles à la Ville de Montréal, a démenti les chiffres avancés par Projet Montréal.
  • Selon lui, les hausses salariales des cadres varieront de 0 % à 10 %, mais atteindront en moyenne 6,5 % à raison d’une augmentation salariale de 2 % et d’un repositionnement sur l’échelle salariale de 4,5 %.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus