La construction du nouveau Planétarium Rio Tinto Alcan vient à peine de débuter que déjà, le rideau tombe sur le Planétarium Dow. L’établissement, inauguré en avril 1966, accueillera ses derniers visiteurs lundi.

Un nouveau chapitre de son histoire s’ouvrira quelque 18 mois plus tard, alors que les installations du parc olympique seront inaugurées. D’ici là, les astronomes amateurs devront se contenter de lever les yeux au ciel pour observer les étoiles.

En vidéo: L’ouverture de la capsule mémoriale

Cette pause, rendue nécessaire par le travail de transition et de réorganisation de la programmation qu’implique l’arrivée du Planétarium dans son nouvel environnement, arrive à point nommé pour au moins un élément: le projecteur, appelé Planétaire, installé au centre du Théâtre des étoiles.

«Le Planétaire a fonctionné presque sans défaut depuis 1966, mais comme tout instrument mécanique, il a fini par s’user, a indiqué l’astronome Pierre Chastenay. Depuis dix ans, on a dû composer avec de plus en plus de pannes. On est rendu à la limite de ce que le projecteur peut faire. Il est même arrivé que des étincelles jaillissent du Planétaire pendant une représentation. Les spectateurs applaudissaient, en pensant qu’ils avaient droit à des effets spéciaux, mais ces incidents nous donnaient des cheveux blancs parce qu’on ne savait jamais si on serait capable de réparer le projecteur.»

Le projecteur, qui prendra sa retraite lundi, au moment où les portes du Planétarium de la rue Saint-Jacques seront fermées pour la dernière fois, sera déménagé dans les installations du parc Olympique.

«J’ai toujours dit que c’était une erreur d’avoir déménager le Canadien du Forum au Centre Bell en laissant la chambre des joueurs derrière, a illustré M. Chastenay. Les fantômes du CH étaient dans les murs de cette chambre. Il aurait fallu prendre les murs et les amener au Centre Bell. Nous avons donc décidé que notre fantôme venait avec nous.»

Le Planétaire, de fabrication allemande, sera mis en évidence dans le nouveau Planétarium. Il sera toutefois remplacé, dans le nouveau Théâtre astronomique, par un projecteur japonais, plus précis, qui permettra d’observer des étoiles qu’il serait autrement impossible de voir.

Un Théâtre multimédia s’ajoutera à l’offre du Planétarium. Imaginé par Michel Lemieux et Victor Pilon, le spectacle qui y sera présenté projettera les spectateurs dans l’espace grâce à un environnement immersif.

Depuis 1966, le Planétarium a accueilli 6 millions de visiteurs, à raison de quelque 150 000 visiteurs par année en moyenne.

«Malheureusement, au cours des deux dernières années, nous avons atteint un creux de vague en terme d’achalandage, a noté le directeur du Planétarium, Pierre Lacombe. Plusieurs personnes se sont dit qu’elles attendraient les nouvelles installations pour venir au Planétarium.»

Le directeur de l’institution estime que l’achalandage devrait doubler dans le nouveau Planétarium, pour atteindre quelque 300 000 visiteurs par année.

Quel avenir pour le Planétarium?
Le Planétarium de la rue Saint-Jacques fermera ses portes lundi. Qu’adviendra-t-il ensuite du bâtiment dessiné par David Barrott Boulva et Pierre Boulva? Personne ne le sait encore.

«La Ville regarde plusieurs propositions à cet effet, a indiqué la porte-parole de la Ville de Montréal, Valérie De Gagné. De nombreux organismes ont manifesté un intérêt au cours des derniers mois, dont l’ETS, mais aucune décision n’a été prise pour l’instant quant à l’avenir du bâtiment.»

Dinu Bumbaru, directeur des programmes d’Héritage Montréal, a déjà soutenu que la Ville ferait une erreur en se départissant du Planétarium Dow.

«Le Planétarium pourrait avoir un rôle à jouer dans la reconfiguration urbaine du secteur, avait-il expliqué à Métro. Il pourrait être plus qu’un terrain pour construire des condos.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!