Les anciens partenaires de BIXI, 8D Technolodies et Alta Bicycle Share, ont contesté en cour mardi une requête d’étendre de 45 jours la protection des créanciers dont bénéficie actuellement BIXI, et qui prend fin mercredi.

Selon The Gazette, il a été dévoilé en cour que BIXI aurait engrangé des pertes de presque 6,5 M$ en 2012, et qu’une compagnie aurait offert d’acheter l’entreprise pour 32 M$ l’été dernier, sans succès. Alta Bicycle Share aurait aussi tenté un achat, mais n’aurait pas pu démontrer sa capacité d’effectuer la transaction.

Le syndic de la Société de vélo en libre service (SVLS), qui gère BIXI, Raymond Massi, aurait affirmé devant la cour que 14 acheteurs potentiels seraient intéressés à acquérir BIXI, et que 5 autres seraient sur le point de faire de même, toujours selon The Gazette.

D’après un document envoyé aux acheteurs potentiels et dont le quotidien montréalais a obtenu copie, les acheteurs devront s’engager à offrir à la Ville de Montréal le droit «à perpétuité» d’utiliser l’identité visuelle de BIXI pour exploiter le vélo libre-service. La flotte de vélos, de plus que les stations qu’ils desservent, n’est pas non plus à vendre, et demeurera la propriété de la Ville.

La cause se poursuivra en journée mercredi.

La Société de vélo en libre-service a été mise sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité le 20 janvier, car BIXI n’était plus en mesure de rembourser ses dettes évaluées à quelque 50M$.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, le président-directeur général de BIXI, Michel Philibert, ainsi que onze employés de la Société de vélo en libre-service (SVLS) ont été mis à pied dans le cadre de «mesures d’austérité» du plan de restructuration que la SVLS est en train d’élaborer.

Une semaine après que BIXI ait été protégée de ses créanciers, il a été dévoilé que les employés avaient reçu au mois de décembre des primes. Pas moins de 223 000$ ont été partagés parmi les employés. Le PDG, Michel Philibert, avait obtenu à lui seul 14 900$.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!